Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 11:20

      File7596 WEB  

 

Douglas SBD-5

« Dauntless »

& A-24B français.

 

 

© Jacques Moulin 2013  

 

 

Dauntless-2-tif (2)

Un A 24 de l'école de Meknès. 

 

Le Douglas SBD Dauntless (SB pour Scout Bomber, en français Appareil de Reconnaissance et Bombardier en Piqué, D pour Douglas) était un biplace de bombardement en piqué embarqué solide et sûr, surtout par rapport à ces prédécesseurs.

Mais il était sous-motorisé, vulnérable et fatigant à piloter, le Dauntless n'en fut pas moins apprécié par ses équipages, et pourtant malgré ses défauts coula plus de navires que n'importe quel autre appareil engagé dans la guerre du Pacifique.

Après le débarquement au Maroc, un certain nombre (peut-être 27 ou 40) de la version terrestre A-24B furent utilisé pour la formation au pilotage des pilotes de chasse à Meknès au Maroc de 1943 à 1953.

Photo 1 Matra-Parmentier2 003 (2)Dauntless

SBD Dauntless de la 3.F (3.F-3) sur un porte-avion français  .(Archives Thierry Matra)

 

Certain de ces A24B et SBD-5 furent utilisé en France contre les dernières troupes allemandes principalement sur les poche de l’Atlantique.

Les A-24 furent, après la fin de la Guerre, remis aux écoles de Meknès pour la formation, ils étaient au moins 23, suivant les relevés de carnets de vol. Il semble certain que les appareils utilisé étaient à double-commande.

Par la suite, pour armer les nouveau portes avions remis ou prêté par les alliés un certain nombre de SBD-5, furent livrés, ces appareils seront retirés du service en 1949, après avoir servis en Indochine à terre et aussi à partir des Porte-avions.

Photo 2 img339

Les SBD de la 4.F et des Seafire de la 1.F sur le porte-avions Arromanches. (Archives Létang).

 

Histoire sommaire

  

  Son histoire commence en 1934, quand la marine américaine cherche un bombardier à basse altitude et ayant une capacité d’attaque en piqué, pour équiper ses porte-avions.

Ayant récemment quitté la Douglas Corp, Jack Northrop proposa le BT-1. L’US Navy, après l’avoir vu en vol, passa une commande de 54 exemplaires en 1936. Mais après plusieurs tests sur les porte-avions USS Yorktown (CV-5) et USS Enterprise (CV-6), l’avion révéla quelques sérieux problèmes. Néanmoins Northrop continua à faire évoluer le BT-1 en remplaçant le moteur original par un Wright-Cyclone. Avec ce nouveau moteur le BT-1 prit la désignation BT-2.

En 1939 l’entreprise de Jack Northrop fut absorbée par Douglas et le BT-2 devient le XSBD-1 Dauntless, embauché par Douglas Edward Heinemann qui avait suivis chez Douglas continua d’améliorer le Dauntless en rajoutant notamment des réservoirs supplémentaires (SBD-2). Cette version fut opérationnelle sur les porte-avions USS Lexington (CV-2) et USS Enterprise.

Les SBD-5 : amélioration du SBD-4, avec moteur R-1820-60 (2 965 avions produits).

 

Photo 4 img340

       SBD probablement du GAN 2 en 1944/45 survol la région de Cognac. Lors de leur attaque contre les poches de l’Atlantique.  

 Photo 5 img341

La version terrestre du Dauntless le A.24, le 254899 de l’Armée de l’Air.    

 

Historique sommaire de l’utilisation française :

 

Les français avaient commandé, dès avant-guerre, parmi d’autres appareils, des SBD-1, mais ces derniers ne purent être livrés avant juin 1940. L'armée de terre aussi s'était intéresse aux bombardiers en piqué terrestres, aucun appareils de ce type n’était en construction en France, et cela posait des problèmes devant le succès des Ju 87 Stuka en Europe.

Le gouvernement commanda fort naturellement l’équivalent terrestre du Dauntless, désigné A-24, version du SBD-3, et aussi des exemplaires du SBD-1 qui étaient déjà en fabrication, pour éventuellement équiper le porte-avions « Béarn », furent commandés par l’Armée de l’Air française, commande annulée suite à l’invasion de la France.

 

Photo 6 img342

 Le SBD (4.F-4de la 3.F vient de crocheter un brin d’arrêt probablement sur le Dixmude.

 

Utilisation par l’Armée de l’Air

 

En novembre 1943 les américains mirent à disposition de la France libre un certain nombre de A 24 B (l’A-24B était une version du SBD-5) pour servir à Marrakech comme avions d’entrainement à la chasse, les appareils livrés étaient équipés de double commande. C’est en janvier 1944 que fut créé le CIC (centre d’entrainement à la Chasse) l’unité fut aussi à cette date transférée à Meknès, ou elle conservera ses A-24 dont le nombre est inconnu, il semble qu’au moins 30 appareils aient été utilisés entre avril 1944 et janvier 1945.

D’autres appareils seront remis à l’Armée de l’Air, rattaché au groupe 1/18 « Vendée » pour des usages de bombardement, certain seront utilisé sur les Poche de l’Atlantique avec des SBD de la Marine.

En septembre 1945 au plus tard tous les appareils seront rassemblés à Meknès. Il est possible que certains de ces appareils aient été utilisés pour le maintien de l’ordre au Maroc.

En 1949 l’école de chasse de Meknès emploi encore presque une quarantaine de A.24, ils resteront à l’Ecole jusqu’à leur retrait en 1953.

D’autres unités ont utilisé les A-24 entre 1943 et 1953 ce sont :

SLA 362 > ELA 46 Rabat jusqu’en 1953.

GT II/52 > GT 2/62 Franche Comté à Blida de 1948 à 1949

 

Photo 7 img424

Un SBD de la 4.FB deviendra 4.F après 1946

      

Utilisation par l’Aéronautique Navale Française. 

 

La Marine française reçut en 1943, cinquante-trois SBD-5 Dauntless qui équipèrent les flottilles 3.FB et 4.FB de l'Aéronavale. Faute de porte-avions immédiatement disponibles, elles opérèrent d'abord à terre, notamment dans la réduction des différentes poches allemandes de l'Atlantique. Le 30 avril 1945, les appareils de la flottille 4.F (ex-FB4) furent embarqués sur le Dixmude direction l'Indochine. En novembre 1948, ce sont les appareils de la 3.F qui furent engagés depuis l'Arromanches. Les Dauntless quittèrent les unités de combat en 1949 mais furent utilisés pour l'entrainement jusqu'en 1953.

 

Photo 8 img425

Un SBD 167 en vol il porte l’insigne de la 4.FB avant 1946.

 

Caractéristiques des Douglas SBD-5 Dauntless

 

(Peuvent être en partie fausses je n'ai pas trouvé de source incontestables sur le sujet. Merci de compléter, si vous pouvez, avec des indications vérifiés).

 

Constructeur : Douglas

Équipage : 2

Missions : Bombardier en Piquée et reconnaissance

Date du premier vol :

Mise en service : 1942

Fin d'utilisation par les USA: 1945

Fin d'utilisation par la France : 1949

Constructions : métal

 

  Photo 9 img426

SBD du GAN 2 (probablement de la 4-F) sur le terrain de Cognac en 1944/45.

 

 

Dimensions

 

Envergure : 12,66 m

Longueur : 10,09 m

Hauteur : 4 m

Surface alaire :30,19 m²

Charge allaire :

Masse

 

Masse à vide : 2970 kg

Masse avec armements : 4720 kg

Masse totale en charge : 4850 kg

 

Performances :

 

Vitesse maxi : 410 m

Vitesse de croisière : 298 m

Vitesse ascensionnelle : 516 m/mn

Autonomie :

Plafond : 7800 m

Distance franchissable :

Altitude de croisière :

Rayon d’action : 2164 km

Armement :

 

Fixe : 2 mitrailleuses de 12.7mm (.50) et 2 de 7.62 mm (.30)

Externe : Charge offensive 1020 kg de bombe

 

Communication radio :

 

Moteur

 

Marque : Wright

Nombre : 1

Type : R-1820 (Cyclone)

Configuration : 9 cylindres en simple étoile.

Refroidissement : air

Suralimentation : oui, compresseur GE centrifuge mono vitesse

Puissance normale au sol :1200 ch

Puissance à :

Puissance au décollage : 1425 ch

Equivalent puissance :

Régime de l’hélice :

Alésage : 155,60 mm

Course : 174 mm

Cylindré totale : 29 litres

Taux de compression : 6,45 :1

Hélice

 

Marque :

Type :

Nombre de pales :

Diamètre :

Photo 10 img483

 A.24 école de Meknès (Photo Guinet).

 

 

Liste très partielle des A24 Utilisés à Meknès pour l’instruction entre 1943/1945 :

 

 

xxx497

xxx498

xxx500

xxx505

xxx507

xxx508

xxx510

xxx511

xxx518

xxx551

xxx557

xxx567

xxx572

254684

xxx690

xxx693

xxx698

254700

xxx705

xxx706

xxx707

xxx747

xxx753

xxx754

xxx755

xxx757

xxx760

xxx761

xxx762

xxx763

xxx764

 

Soit un total d'au moins 31 appareils différents.

 

Liste établie d’après les carnets de vol de Henry Cherrier entre avril et mai 1944.

Et de Pierre Leyvastre de novembre 1944 à Janvier 1945

 

 

 

© Jacques Moulin 2013

 

Autres photos

 

 

 

 Photo 11 img484

     A.24 Meknès

 

Photo 12 Matra-Dauntless 123 

     A.24 à Meknès (Archives Thierry Matra)

 

Photo 13img339

    SBD de la 4.F en mauvaise position sur l’Arromanches (photo Letang)

    Photo 15 Matra-Parmentier2 090 (2)Dauntless

    SBD de la 3.F (3.F-8 en vol en Indochine (Archives Thierry Matra)

 

Photo 16 Matra-Parmentier2 169 (2) 

    SBD au décollage sur un porte-avions français. (Archives Thierry Matra)

 

Photo 17 Matra-Parmentier2 192 (2) 

     SBD en vol survolant un porte-avions (Archives Thierry Matra)

 

Photo 18 Matra-Parmentier2 236 (2)Dauntless 

     SBD de la 4.F en Indochine avec l’insigne sur l’avant. (Archives Thierry Matra)

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Avion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories