Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 14:38

File7595 WEB 

 

 

SNCASE "Alouette" III

 

 

   

© Jacques Moulin 2013.

Sa319B de l'EH 3-67 en 1988 

   

 

205-1 Alouette III Marine 

  Profils publiés avec l'aimable autorisation d’Olivier Beernaert.    

 

 

Photo 14 img467 (2)

    14 – Alouette III SE 3160 sécurité civile Chambéry 1996 (Photo © Jacques Moulin).

 

L’Alouette III étant entré en service après 1962, elle n’a pas pu être utilisée pendant la Guerre d’Algérie.

Mais un appareil de présérie fut utilisé par l’ALAT à Sétif-Aïn-Arnat en 1961. Cet appareil fut expérimenté pour le transport de commando, d’autorité, mais principalement pour des essais d’armements. Mais comme la guerre d’Algérie se terminait cela n’alla pas plus loin, même si par la suite divers appareils reçurent des armements.

 

Photo 1 img935

1 – Alouette III  n° 219 de la Marine à Hyères le 28/06/2000 (Photo © Jacques Moulin).  

 

Photo 2 img940

2 – Alouette III 62-CY Dakar 1994 (Photo © Jacques Moulin).  

 

Historique

 

L’Alouette II affichait des performances brillantes, puisque dès 1956 un SE.3130 avait réalisé des sauvetages en montagne à plus de 4 000 mètres d’altitude, mais elle commençait à s'essouffler au-delà de 3 000 mètres. Le bureau d'études Hélicoptères de Sud-Aviation avait donc entrepris l’étude d’une version plus puissante, avec une aérodynamique améliorée, ce qui permettait d’accroître la capacité de l’appareil. Le résultat fut un hélicoptère pouvant emporter sept personnes (un pilote et six passagers), de construction semi-monocoque et reposant sur un train tricycle Messier à roue avant orientable et dont le fuselage était entièrement caréné.

Le nouvel appareil appelé Alouette III était surtout équipé d'une puissante turbine de 870 ch thermiques, l'Artouste III B de "Turbomeca", qui était limitée à 550 ch mécaniques, tant à cause du réducteur de turbine que pour la boîte de transmission de l'hélicoptère. La réserve de puissance thermique permettait de garder la puissance mécanique jusqu'à 5 000 m en standard, et, au niveau de la mer, jusqu'à une température extérieure supérieure à 50 °C. Ce qui assurait donc de très belles performances en altitude et par temps chaud, avec une très grande fiabilité.

 

Photo 3 img474 (2)  

3 – Alouette III 67-FA Strasbourg 1988 (Photo © Jacques Moulin).

 

La possibilité d'effectuer des évacuations au treuil (capacité 175 kg), et la bonne adaptation de la cabine aux missions sanitaires, puisqu’on pouvait loger en cabine deux civières, un malade assis et un assistant médical, ont fait de l'Alouette III un appareil très prisé pour toutes les missions de sauvetage. Sa réserve de puissance et la possibilité d’embarquer 740 kg de fret en cabine et 750 kg en charge externe ont facilité son adoption dans des pays montagneux, mais les qualités de l'Alouette III ont également justifié des commandes de pays n'ayant ni haute altitude, ni temps chaud, comme les Pays-Bas ou l’Irlande.

 

Photo 4 img469 (2) 

 4 – Alouette III 67-JI Orange 1984 (Photo © Jacques Moulin).

 

Développement

 

Construit à La Courneuve, le prototype SE.3160-001 [F-ZWVQ] a effectué son premier vol au Bourget le 28 février 1959, piloté par Jean Boulet et Robert Malus. Il fut suivi trois mois plus tard du SE.3160-002 [F-ZWWR], qui effectua une présentation en vol très remarquée au Salon du Bourget en juin 1959 aux mains du pilote d’essais Roland Coffignot, tandis que le 001 débutait une campagne d’évaluation en montagne comprenant des essais-moteur au sommet du Dôme du Goûter (4 150 m d’altitude) par -20 °C campagne qui s’acheva par un atterrissage au sommet du Mont-Blanc avec sept personnes à bord (Pilote Jean Boulet).

 

Photo 8 img936-copie-1

 8 – Alouette III de la Marine n° 252 de la 23 S à Saint Mandrier mai 1995. (Photo © Jacques Moulin).

 

Ces deux appareils furent suivis de deux appareils de présérie, dont le premier prit l’air en juillet 1960. C’est celui-ci qui  fit remis le 17 mars 1961 au Groupement d'expérimentation de l’ALAT, à Satory, il fut testé en Algérie par le GH2 de Sétif-Aïn-Arnat (PMAH de la 19èmeDI) ceux-ci devaient être programmés l’été 61 car après le cessez le feu en mars 62 tous les appareils en opérations en AFN devaient être désarmés. Rentré en, France cet appareil fut accidenté le 27 novembre 1962, il fut reconstruit comme SA.316 n°1412 et servit à l'instruction au sein de l’ALAT. Il aurait été récupéré en 2001 pour conservation par l’association CELAG de Grenoble (Sous réserve).

En juillet 1964 Sud Aviation fit voler une version spécifiquement destinée aux militaires et appelée Alouette Canon. Celle-ci possédait un canon-mitrailleur d'un calibre de 20mm. En outre cet appareil était gréé pour pouvoir emporter et tirer des missiles AS.11 et AS-12. Malheureusement cet hélicoptère de combat demeura sans suite mais le principe fut repris par les Gazelle Canon. L'Alouette III utilisée pour ces tests était le n°1164, il fut par la suite désarmée et servit à divers tests et essais, notamment dans le domaine de la lutte contre les feux de forêt.

 

Photo 11 img465 (3) 

  11 –Alouette III n° 1648 F-ZBDF de la Sécurité Civile Bron 1978.(Photo © Jacques Moulin).

   

Utilisation

 

Les alouettes III furent un grand succès et elle seront utilisé par tous les organismes français, AA, Marine, ALAT, Sécurité civile, gendarmerie etc… Et aussi par de nombreuses sociétés privées.

 

Photo 19 img947 

19 – Alouette III EPNER Istres 1977 (Photo © Jacques Moulin).

 

 Photo 20 img948

20 – Alouette III EPNER Istres 1977 (Photo © Jacques Moulin).  

 

Photo 21 img949     21 – Alouette III de la Gendarmerie Valence – Chabeuil 2003 (Photo © Jacques Moulin).

 

Production

 

Au total 1453 appareils sont sortis des usines de La Courneuve et de Marignane jusqu’au 1er mai 1985, ces hélicoptères furent livrés à environ 190 utilisateurs dans 92 pays.

De nombreuses licences furent accordées et les appareils produits sous licence en Suisse (60 appareils), aux Indes (300 « Chetak », nom donné par les Indien), furent produits par HAL) et en Roumanie (230 IAR 316B construits par IC-Brasov).

 

Essais d’armement

 

Comme déjà vu plus haut le premier des appareils de présérie qui prit l’air en juillet 1960, fut remis le 17 mars 1961 au Groupement d'expérimentation de l’ALAT, à Satory, pour essais divers, il fut envoyé pour des tests d’utilisation et d’armement en Algérie où il fut affecté au GH2 de Sétif-Aïn-Arnat (PMAH de la 19èmeDI) pour effectuer divers essais aussi bien d’armement que d’utilisations opérationnelles .

Ceux-ci ont été programmés l’été 61 et terminé après le cessez le feu en mars 62, après cette date  tous les appareils en opérations en AFN devaient être désarmés.

Ces tests comprenaient aussi bien des montages d’armement divers et variés, roquettes, missiles, canons, mitrailleuses tirant vers l’avant ou en sabords.

La fin de la Guerre d’Algérie mis fin à ces tests qui démontrèrent que l’Alouette III était un peu sous-motorisé pour des emports importants.

 

Utilisation a l'étranger

 

Photo 31 img927

    31 – Alouette III SE 3160 n° 1913 numéro Portugais 19397 à Beja (Portugal 2/10/95) (Photo © Jacques Moulin).

 

Photo 32 img928

32 – Alouette III SE 3160 Portugaise n°1556, numéro Portugais 19298 à Beja (Portugal 2/10/95) (Photo © Jacques Moulin).

   

Photo 33 img929

33 – SE 3160 Portugaise, numéro Portugais 19383 à Beja (Portugal 2/10/95)

(Photo © Jacques Moulin).  

 

Photo 38 img931 

38 – IAR 316 B n°39 Alouette III fabriqué en Roumanie  à Tuzla (Roumanie) 3/9/1999. (Photo © Jacques Moulin). 

 

Photo 39 img932 

39 – IAR 316 B n°53 Alouette III fabriqué en Roumanie à Sibiu (Roumanie) 7/9/1999. (Photo © Jacques Moulin). 

 

Photo 41 img934

 

41 – IAR 316 B n°07 Alouette III fabriqué en Roumanie  à Caransebes (Roumanie) 6/9/1999. (Photo © Jacques Moulin 

 

Photo 53 img639 

53 – Alouette III militaire de la Cote d’Ivoire vu à Bouaké en mars 1994, elle sera détruit peu de temps après par accident. (© Jacques Moulin). 

 

 

Caractéristiques SNIAS Alouette III

 

(Peuvent être en partie fausses je n'ai pas trouvé de source incontestables sur le sujet. Merci de compléter, si vous pouvez, avec des indications vérifiés)

 

Constructeur : SNCASE >> Aerospatiale

Équipage : 1+6

Missions :

Date du premier vol : 28/02/1959

Nombre Construit : 1453 en France

 

Dimensions

Diamètre du rotor : 11,50 m

Longueur : 10,03 m

Hauteur : 3,09 m

 

Masse

Masse à vide : 1230 kg

Charge utile : 750 kg

Masse totale en charge : 2200 kg

 

Performances :

Vitesse maxi : 210 km/h

Vitesse de croisière : 185 km/h

Vitesse ascensionnelle : 258 m/s

Autonomie : 540 km

Plafond pratique : 3200 m

Distance franchissable :

Altitude de croisière : 3200 m

Rayon d’action :

 

Communication radio :

Non connu

 

Photo 24 Turbomeca Artouste IIIB turboshaft-001

 24 – Vue éclatée du moteur Turbomeca Artouste IIIB Alouette III. (DR)

 

Moteur

Marque : Turbomeca

Nombre : 1

Type : Artouste IIIB

Configuration : turbomoteur chambre annulaire, compresseur centrifuge plus un étage axial, turbine 3 étages.

Puissance normale au sol : 850 ch détaté pour Alouette III à 550 ch.

Puissance à                          :  

Puissance au décollage :

Equivalent puissance :

Poids à sec : 178 kg

Longueur : 1,814 m

Diamètre : 0,667 m

Carburant : kérosène

 

 

 

  © Jacques Moulin 2013

(Remerciements à Jean Pierre Meyer et à Dominique Rossens).

 

 

     Photos  des divers essais d'armement  :

 

 

Photo 25 articles 043

     

25 – Sétif Ain-Arna 1962 essai de montage d’un canon de 20 mm sur une Alouette III. (Origine JP Meyer).

Photo 26 EJ-49 

26 – Officiers de l’ALAT inspecte le nouvel appareil Alouette III (Origine JP Meyer).

Photo 27 EJ-50 

27 – Autre vue du montage canon sur Alouette III. (Origine JP Meyer).

Photo 28 EJ-51 

28 – Essais d’emport de commando armés dans une Alouette III. (Origine JP Meyer).

Photo 29 EJ-53 

29 – Essais de montage de deux mitrailleuses MAC 34 T jumelée en sabord. (Origine JP Meyer).

Photo 30 EJ-54 

30 – Essais de montage d’un canon de 20 mm en sabord. (Origine JP Meyer).

 

Photo 44 02 SE3160 a (2) 

 

44 – Alouette III  SE 3160 A avec montage d’un canon  de 20 mm d’un modèle non identifié permettant le tir axial. (Origine D. Rossens).

Photo 45 02 SE3160 e (2) 

45 – Alouette III SE 3160A montage de collimateur SFOM 83 A. (Origine D. Rossens).

Photo 46 02 SE3160 f (2) 

46 – Alouette III SE 3160A montage idem à 44 mais vu de l’arrière (Origine D. Rossens).

Photo 47 1042 SE3160 FM-BSO F-ZJUW-3 (2) 

47 – Alouette III SE 3160A n° 1084 F-WKQJ (Origine D. Rossens).

Photo 48 1086 SE3160 F-WKQJ (2) 

48 – Alouette III SE 3160A n° 1042 F-ZJUN (Origine D. Rossens).

Photo 49 SE-3160 SS-11 Tacaud 08-78 (2) 

49 – Montage de SSI ( ?) sur une Alouette III (Origine D. Rossens).

Photo 51 SE3160 non identifi+®e Collimateur (2) 

51 –Alouette III SE 3160A montage de collimateur SFOM 83 A. (Origine D. Rossens).

    Photo 52 1088 SE3160 F-ZJOV (2) 

52 – Alouette III SE 3160 a n° 1088. (Origine D. Rossens).

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Hélicoptère
commenter cet article

commentaires

krausse 10/05/2014 09:50

Une photo de sanglier à Tiaret figure sur ce blog.
J'ai séjourné sur cette base, j'étais mitrailleur sur Pirate H34, ce sanglier se nommait "Shouli" parfois le soir des "joutes" étaient organisées, on se réunissait, il fallait trouver et conduire
le sanglier apprivoisé vers une aire sablonneuse et là les plus courageux tentaient de le faire mettre à genoux.... Shouli peu joueuse en général très rapidement tel un taureau dans une arène
dispersait tous le monde... Il fallait vite se réfugier aux abris.. le bar ! et fêter la victoire... du sangler... une bière à la main !!!
Il y eut aussi une gazelle gentille !!! gentille !!! mais parfois un peu folle elle chargeait tête basse tous ceux qui passaient à proximité.

Avions de la Guerre d'Algérie 18/05/2014 10:35



Merci d evotre visite et de vos précisions.



Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories