Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 11:10

 

File5565_WEB.jpg

 

 

North American T-28  "Fennec"

 

Par Michel Tenette

 

 

 

 Fennec

 

Profil publié avec l'aimable autorisation de Patrice Gaubert.NorthAmericanT-28DN1452-1204EALA7-72.jpg

Le Fennec n° 14 (version à verrière basse) EALA  03/0009 ex 07/072

(Photo origine Jean-Claude Mermet).

 NorthAmericanT-28DFennecN4951-3530_.jpg        Le Fennec n° 49 (version à verrière haute) (Photo origine Jean-Claude Mermet).

 

De 1956 à 1959, le North American T-6 G  fut le fer de lance de l'Armée de l'Air en Algérie pour les opérations de surveillance et d'appui-feu. Cependant, son manque de puissance rendait son évolution, notamment en relief montagneux, très périlleuse et le limitait en armement. De nombreux pilotes et observateurs y laissèrent leur vie, le plus souvent par accident.

 File5270 Photo-Demasson

Deux T-28 ( photo Demasson)

File5276_WEB.jpg  

Un Fennec de l'EALA 03/010 ex 06/072 en vol.  

De plus, son moteur était tellement bruyant qu'on l'entendait venir de loin et qu'il était illusoire de pouvoir surprendre les rebelles lors des missions de reconnaissance. C'est pour ces raisons qu'à partir de 1959 l'état-major de l'Armée de l'Air s'intéressa au North American T-28 «Trojan», un avion d'entraînement biplace tandem à doubles commandes (sauf celles de tir en place AR) dont le premier vol remontait à 1949, commandé par l'USAF (T-28 A) puis, à partir de 1952, par la Navy dans une version plus puissante (T-28 B).

L'Armée de l'Air avait choisi de commander des T-28 B mais la Navy ne pouvant répondre à cette demande, elle commanda 146 cellules de T-28 A et un nombre suffisant de moteurs P & W R1820-56S (en fait des moteurs de 1.300 ch récupérés sur des bombardiers B-17 en surplus), ainsi que des hélices de T-28 B tripales.

C'est Sud-Aviation qui sera chargée de l'assemblage de ces éléments. Des compléments seront apportés en matière de points d'ancrage d'armement, de blindage protection du pilote et d'équipement radio VHF adapté aux fréquences utilisées par l'Armée de l'Air française.

Les quatre points d'ancrage sous les ailes permettaient d'emporter toute combinaison de 2 éléments parmi les suivants :

-  containers de 2 mitrailleuses de 12,7 mm ;

-  roquettes à charge creuse T10 ;

-  paniers de 7 roquettes de 68 mm ;

-  paniers de 36 roquettes de 37 mm ;

-  bombes de 120 kg.

Par rapport au T-6 qui ne disposait que d'un moteur de 600 ch à hélice bipale et donc d'un armement limité, on notera aussi en faveur du T-28, un moteur moins «pétaradant», une verrière électrique et un train tricycle avec roulette de nez autorisant un atterrissage «en canard», beaucoup plus facile, par vent de travers, que l'atterrissage «trois points» du T-6 avec roulette de queue.

Le seul désavantage était sa plus grande vitesse (environ 500 contre 300 km/h) qui rendait plus difficile l'observation à basse altitude.

 

 Crash Fennec     Un Fennec posé sur le ventre dans le djebel.

 

   Cette nouvelle version, baptisée "Fennec", connut son premier vol le 10 mars 1960 et les 24 premiers appareils équipèrent, à partir de juillet suivant, l'escadron EALA 3/9 (regroupement des escadrilles 7/72 et 12/72), basé sur la BA 213 à Bône et dépendant du GATAC 1.

Suivront, un peu plus tard, le 3/10 à Batna, le 3/5 à Méchéria puis le 3/4 à Télergma.

Bône avait été choisie en premier, en raison de la dangerosité des zones à traiter (barrage électrifié, proximité de la Tunisie et espace frontière très montagneux).

Les missions, en patrouilles de deux avions (un leader et un équipier) avec au moins un observateur, étaient les suivantes :

- Les RAV (reconnaissance à vue) sur zones définies par le PC opérations;

- Les appui-feu, sur appel des troupes au sol, les plus dangereuses, seul ou de concert avec d'autres unités aériennes (Piper ALAT, Hélicos H-34 «Pirate» ou H-21 «Banane» ;

* Les protections de convois (un seul avion) ;

* Les défoliations de zones boisées (en no man’s land) ;

* Les missions spéciales : guidages d'autres avions en exercices de tirs (Ex. Corsair, Skyraider, Super Mystère B2), interceptions ou recherches en mer.

 

Deux appareils T-28 de la BA 213 de Bône participèrent à la bataille de Bizerte, en appui de l'Aéronautique Navale, les 21 et 22 juillet 1961.

Les pilotes, en majorité en provenance des escadres de chasse, effectuaient des séjours d'environ un an, après une formation sur avion à hélice à La Réghaïa, près d'Alger.

Les escadrilles comprenaient également quelques PEA et PER (Pilotes Élémentaires d'Active ou de Réserve) formés dans les bases-écoles de Meknès ou Marrakech, au Maroc.

 

 Fennec de l'EALA 6/72     

Un Fennec de l'EALA 03/010 ex 06/072.

  

Les observateurs étaient des appelés du contingent et des EOR instruits pendant 6 mois à la BE 720 de Caen-Carpiquet et formés sur T-6 et MS 733.

Leur séjour en Algérie variait de 18 à 21 mois, selon le temps passé en France auparavant - 6 mois EOR pour ceux ayant préalablement fait la PMS ou 3 mois de classes + 6 mois EOR pour les autres. Les appelés réalisaient au total  le temps de leur classe (24 à 29 mois). Les EALA furent dissoutes en juillet 1962 et leurs appareils versés dans les GRE-RALA (Groupes de réserve).

Selon « Le T-6 dans la guerre d'Algérie » - Editions Atlas, les EALA effectuèrent 750.000 heures de vol au cours de 540.000 missions et perdirent 255 pilotes et observateurs, soit un lourd tribut, comparativement aux effectifs engagés.

Contrairement au T-6, déclassé aux USA, le T-28 fut encore opérationnel dans l'USAF entre 1960 et 1963, au sein des armées sud-vietnamienne et laotienne, pour former les pilotes et observateurs et combattre le Viet-minh.

Aujourd'hui, 200 à 250 T-28 seraient encore en état de vol dans le monde.

Concernant les «Fennec» ayant servi en Algérie, l'Armée de l'Air les a mis en vente dès 1964, les principaux acquéreurs ayant été l'Argentine et le Maroc.

Certains sont entre les mains de particuliers qui les exhibent lors de meetings aériens.

On peut les voir, par exemple, tous les ans au meeting de Pentecôte à La Ferté-Alais (91).

 

© Michel Tenette (1)

 

EJ-104.jpg

 

Un groupe de T-28 en opération à Bougie (Photos Meyer).  

 

 

4-14-2010_164.JPG

    Un Fennec de l'EALA 03/010 ex 06/072 en vol (Photo J.C. Cecile.). 

 

Quatre unités ont été équipées de T-28 :

 

EALA 03/004 de décembre 59 à septembre 62 ( ex EALA 5/70 puis 17/72 et 18/72)

 

EALA 03/005 de novembre 60 à septembre 62 (ex EALA 2/72 et 9/72)

 

EALA 03/009 de mai 60 à août 62 (ex EALA 7/72 et 12/72)

 

EALA 03/010 d'octobre 60 à septembre 62 (ex EALA 3/72 et 6/72)

 

EALA  04/72  qui deviendra élément  du DTO 36/540 basé à TEBESSA (a confirmer) . 

 

File7283 WEB

 

 

Nota : (1) Michel Tenette, appelé sursitaire dans l'Armée de l'Air - classe 59-2B, a effectué ses 3 mois de classes à la BA123 d'Orléans avant d'intégrer les EOR, sur concours, à la BE 720 de Caen-Carpiquet, de février à août 1960, d'où il est sorti Officier breveté Observateur-Navigateur.

Affecté à l'EALA 3/9 à Télergma, il n'y restera que quelques jours, son escadron, doté des nouveaux avions T-28, ayant été muté à Bône (une chance imprévue...).

Entre août 1960 et janvier 1962, date de son retour en France, il effectuera 553 heures opérationnelles de vol sur T-28 en 322 missions dont 39 d'appui-feu au cours desquelles son avion fut touché par la DCA à plusieurs reprises.

S'y ajouteront quelques missions spéciales de guidage au sol de bombardiers B-26, depuis un poste d'artillerie en avant du barrage et de PC Volant en Alouette II sur accrochages en montagne au cours desquels des HLL ont été neutralisés.

Sa carrière professionnelle d'ingénieur électronicien s'est déroulée principalement dans une société aéronautique, intégrée maintenant au groupe EADS.

Adhérent de la FNACA depuis 1985, il a été président du Comité de Viroflay (78) de 1993 à 2006, ayant passé récemment le relais pour se consacrer au Souvenir Français.

Lieutenant de réserve, titulaire de la CVM avec 2 citations (palme et vermeil) et de la CCV, il a été fait chevalier de la Légion d'honneur, à titre militaire, en 2004.

Il a gardé un excellent souvenir de l'aviation et se replonge fréquemment dans son ambiance en participant, une fois par mois, à la «Popote des Ailes», un repas convivial entre navigants militaires et civils.

 

Caractéristiques du T 28 Fennec

 

(Peuvent être en partie fausses je n'ai pas trouvé de source incontestables sur le sujet. Merci de compléter, si vous pouvez, avec des indications vérifiés)

 

Constructeur : North American

Équipage : 2

Missions : entrainement et appui-feu

Date du premier vol : 20/01/1950

Constructions : métallique.

 

Dimensions

 

Envergure : 12,21 m

Longueur : 9,75 m

Hauteur : 3,86 m

Surface alaire : 24,9 m

Charge allaire :

 

Masse

 

Masse à vide :

Charge utile :

Masse totale en charge : 2887 kg

 

 

 

Performances :

 

Vitesse maxi : 455 km/h à 1800 m

Vitesse de croisière :

Vitesse ascensionnelle :

Autonomie :

Plafond pratique : 7300 m

Distance franchissable : 1600 km

Altitude de croisière :

Rayon d’action : 

Armement :

 

Fixe :

Externe :

 

Communication radio :

 

 

 

Moteur

 

Marque : Wright

Nombre : 1

Type : R-1820-86 (cyclone)

Configuration : 9 cylindres en simple étoile

Refroidissement : air

Suralimentation : oui compresseur GE centrifuge mono vitesse

Puissance normale au sol : 1425 ch

Puissance à   :  

Puissance au décollage :

Equivalent puissance :

Régime de l’hélice :

Alésage : 155,6 mm

Course : 174 mm

Cylindré totale : 29,88 litres

Taux de compression : 6,45:1

 

 

Hélice

 

Marque :

Type :

Nombre de pales : 3

Diamètre :

 

  

File5268 WEB   

Un Fennec sur le terrain de Sidi bel Abbès hiver 61/62 (Photo Michel Robert).

 

File5269 WEB

   Un Fennec sur le terrain de Sidi bel Abbès hiver 61/62.

L’aviateur devant l'appareil est  Michel Robert. Photo X. (DR).


T-28D_pod127_3_JC-MERMET.png

Détail du pod mitrailleuse monté sur les Fennec (Photo origine Jean-Claude Mermet).

 

 

T-28D_pod127_2_JC_Mermet.png       Détails des pods mitrailleuses 12,7 mm montés sur les Fennec. (Photos origine Jean-Claude Mermet).

 

4-14-2010_113.JPG

Une belle vue couleurs des détails d'un arment de Fennec remarquez les roquettes T.10 sur support Matra. (Photo J.C.  Cecile)

 

 

Détail des pods ci-dessus

 

Ci-dessous quatre fiches techniques extraites de la notice détaillant le container des deux mitrailleuses de 12,7 mm. Il est à noter que cet ensemble a été extrapolé d'un pod à une mitrailleuse prévu pour équiper les T-28 A US.

 T281 WEB

 T282 WEB

 

  

  

  T284 WEB

  

  

 

  

  T-28D_Pod127_JC-Mermet.png

Détails des pods mitrailleuses 12,7 mm montés sur les Fennec.(Photos origine Jean-Claude Mermet).

 

Autres Armements:

 

Extraits de la notice sur le Fennec F.1T-28 A-1 édition 1/1/62

 

L’avion possède 4 points d'attache sous voilure et des installations permettant l’emport et le tir des charges ou équipements suivants :

Points internes, au choix :

 

- 2 containers à 2 mitrailleuses de 12,7.

- 2 lance-bombes ALKAN type 263 (ou 261) fixés a la voilure, par 2 ferrures spéciales et pouvant emporter, soit :

- 2 bombes de 125 kg, (ou 260 lbs maximum à empennage court) et toutes bombes de calibre inférieur autorisé.

- 2 nids d'abeille lance-roquettes MATRA type 122, équipés de 7 roquettes de 68 mm.

- 2 nids d'abeille, lance-roquettes MATRA type 361, (équipés de 36 roquettes de 37 mm).

Points externes :

- 2 lance-bombes/lance-roquettes MATRA 38 fixés à la voilure par des ferrures spéciales, et pouvant emporter soit :

- 2 bombes de 125 Kg (ou 260 lbs maximum à empennage court), et toutes bombes de calibre inférieur autorisé.

- 2 bombes spéciales SECAN type 51.  (Probablement des bidons de Napalm).

- 2 nids d'abeille, lance-roquettes MATRA type 122, équipés de 7 roquettes de 68 mm.

- 2 nids d'abeille, lance-roquettes MATRA type 361, (équipés de 36 roquettes de 37 mm)

- 2x2 roquettes T10 de 105 ou 120 mm.

 

La sélection de tir des différents chargements se fait au moyen d'un tableau d'armement situé au poste de pilotage avant, à droite du tableau de bord.

La visée, est assurée par un collimateur SFOM type 83 A.

Les commandes de feu sont groupées sur la poignée pilote SAMM type 103 (voir fig. 1.19).  (Manche avant).

 

Crash d-un T28 pr-s de Bougie

 

 

 

 File5278_WEB.jpgFile7244 WEB

 

 

Dans le logement du train principal gauche sont placés :

- Le répartiteur MATRA type 60 sur lequel doit être affiché 4 avant le départ, quel que soit le nombre de roquettes lourdes emportées.

- la prise de coupure de tous les circuits de charges sous voilure, qui doit être branchée manuellement, juste avant le décollage et débranchée au retour, si toutes les roquettes n'ont pas été tirées ; une prise pouvant recevoir un cavalier de sécurité qui ferme le circuit pour le tir au sol. Un microcontact interdisant le tir au sol lorsque le train est verrouillé en position basse.

- le relais 34 A, utilisé pour la sélection dos nids d'abeille à tirer.

 

NOTA :

            Le circuit est établi de telle manière que lors de la mise en place du cavalier de tir au sol, l'indicateur de position de train gauche indique "train rentré".

  L'harmonisation des armes est facilitée par la mise en place d'une ligne de mire fixée sur le côté gauche de l'avion.

 

 File7425 WEB

 File7426 WEB

  

     

Sur les Fennec les emplacements des armes de défense individuelles était prévues,

ces armes faisaient partie du lot de bord de l'avion.

 

  File7285--2-.jpg

 

 File7286--2-.jpg

 File7287--2-.jpg

 

 

 File7288--2-.jpg

 

 

 

  File7289--2-.jpg

 

 

 

 

 

 File7290--2-.jpg

  

Article publié dans l’Ancien d’Algérie n° 456 d’avril 2007 .

 

 

 

 

 

          

Partager cet article

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Avion
commenter cet article

commentaires

camille 18/01/2016 18:25

merci pour vos reponses. Vraiment.
Oui vaste programme..

camille 25/12/2015 12:27

Bonjour
Je suis à la recherche de mon grand père biologique. La seule chose que je possède de lui est une photographie..il est en uniforme d'appelé du contigent uniforme été, aux côtés de ma grand-mère Jeannine, qui habitait Caen.La photo daterait de l'été 52. Je pense qu'il est passé à la ba 720 caen carpiquet . Je découvre par le biais de mes recherches votre blog, l'histoire des appelés du contingent, l'histoire de mes aïeux, mon histoire.
Je jette une bouteille à la mer, peut -être que quelqu'un ici le reconnaitra...ou pourra m'en dire plus sur les appelés du contingent de 52 (ma mère est née en mars 53....a priori il est "parti" avant...), qu'est-il arrivé à ces hommes appelés entre l'été 52 et mars 53? Sont-ils revenus? Comment le retrouver? Je n'y connais absolument rien au niveau des démarches à effectuer auprès de l'armée? Si on peut avoir une liste de noms d'appelés? des photos?
Merci pour l'attention porté à mon message, merci pour votre aide.

Avions de la Guerre d'Algérie 25/12/2015 17:05

Vaste programme, il est possible que les appelés du contingent en place a Caen Carpiquet, soit avant 1952 ( la guerre débute en 1954) ai simplement été libéré, et possiblement rappelé en 1954/55..
Maois l'école des observateurs n"'était aps encore en service, et la seule possibilité serait de contacter les autorités militaires, mais sans grand espoir....

BARTHELEMY 27/01/2013 09:42

J'étais au DTO 36/540 à TEBESSA en 1961/1962, je confirme bien qu'il y avait des T28, il y avait aussi des T6 et des skyraider.Je me souviens qu'un T28 est revenu d'une opération avec une
mitrailleuse éclatée.

Avions de la Guerre d'Algérie 27/01/2013 14:28


Nerci de votre intérèt


jumeaux 26/01/2013 19:36

le Mali et par association d'idée, le T 28. Un clic heureux sur ce site et le plaisir de lire ton article. Nous avons volé ensemble 9 fois. Premier vol le 19/10/1960 et le dernier, le 02/06/1961.
J'aurais grand plaisir à te revoir. Amitiés.

Jacques Moulin 27/01/2013 08:42



Bonjour,


Je pense que ces mots  s'adresse à l'auteur M. Tenette , que je ne connais que par ses ecrits, son article a été publié sur ce blog avec son accord, mais sans intervention, vous avez des
elements dans sa bio qui figure a la suite de l'article , si cela ne vous suffit pas je suis a votre disposition pour d'autre renseignements.


Amicalement


aviation@dbmail.com


 



Barthelemy 19/10/2012 10:37

Vous avez oublié la 04/72 basé surle DTO 36/540 basé à TEBESSA où il y avait des T28.

Avions de la Guerre d'Algérie 19/10/2012 17:54



C'est possible mais dans les historique en ma possession je ne trouve pas d'indications sur la transformation.


Il est possible aussi que le numero de l'unité ai changé.



Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories