Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 17:13

 

 

 

Les avions du CIEES 00.343

   

 

 

© Jacques Moulin 2008-2011

 

      

 

 

    Insigne-du-CIEES-00.343-m-tal-Photo.jpg

 

 

 

Le Centre Interarmées d’Essais d’Engins Spéciaux (CIEES) était un organisme gouvernemental issu d'une idée émise en 1947 de créer un centre de tir d'engins spéciaux air-air, sol-sol, air-sol et sol-air au profit de la Défense Nationale ou du Centre National d'Études Spatiales. A l’époque le Sahara a semblé l’endroit idéal pour essayer ces engins : zone immense sans population, ce qui permettait une confidentialité alors très appréciée.

C’est donc pour cela qu’est créé à Colomb-Béchar le 24 avril 1947, le Centre d'Essais d'Engins Spéciaux (CEES) qui deviendra un centre interarmées - Terre et Air - en 1948 (CIEES).

Les essais étaient alors réalisés sur deux sites désignés B0 et B1, le second sera plus particulièrement aménagé à partir de décembre 1949 pour les essais de missiles importants. Au début des années 50, le polygone B1 se révéla insuffisant et plusieurs sites d'essais furent créés aux environs du complexe principal. Parmi ceux-ci, Hammaguir situé à 120 km au sud-ouest de Colomb-Béchar, fut utilisé à partir du mois de mai 1952 pour lancer des fusées-sondes « Véronique ».

Notre objet n’est pas de décrire le travail du CIEES mais de traiter des avions qu’il a utilisés… Car évidemment l’éloignement de ces sites impliquait, pour que les déplacements ne soient pas trop délicats ni trop longs, un transport d’équipement par avions.

 

 

 

Un des P-47  du CIESS portant l'insigne sur le capot-moteur. Photo prise à Colom

 

 

 

 

 

Un des P-47 du CIESS portant l'insigne de l'Unité sur le capot moteur ( photo prise a Colomb-Béchar en décembre 1956 (Photo Lilberto Gil).

 

   

Précisions sur les P/F-47 du CIEES par Gilbert Nëel :

 

 

"Au total, trois F-47 sont identifiés comme utilisés par le CIEES 343 et en compte, d'après le fichier DCMAA, à la BA 145 fin 1954 : 44-90129, 44-20664 et 44-33409. Le 44-33409 est déjà signalé au CIEES en 1952." 

 

P47 du CIEES sur le ventre à Colomb-Bechard WEB 

Un P/F-47 du CIEES s'est posé sur le ventre à Colomb-Béchar.  

Sur le capot l'insigne est également visible (collection Marcel Fluet). 

    

              L’accident représenté sur la photo ci-dessus est le seul connu de F-47 appartenant au CIEES. Il concerne l’appareil 44-33409. Cet avion, immatriculé F-SDKK, a été accidenté le 27/10/1955 à 16 h 40 à Colomb-Béchar (pilote indemne) : atterrissage sur la bande de crash à la suite du blocage du train gauche par rupture de la tige de rétraction. La lettre B portée par l'avion est un héritage de l'affectation précédente de l'appareil. Le graphisme est en effet typique de celui des marques des avions du GC 2/1 Nice, unité à laquelle le 44-33409 a appartenu en 1951. (Précision de Gilbert Nëel 8/2011).

René Gilavert nous écrit au sujet de cette photo:J’étais présent lors du crash, le pilote était le sergent-chef BIGAND, le personnage sur la photo est le capitaine BORREL, officier mécanicien, responsable du hangar avions. René Gilavert

 

 

Un T-6  à Colomb-Béchar.  

Ce sont ces avions qui escortaient le train (Photo Liberto Gil).

 

Nous connaissons mal le parc des avions utilisés par cette unité mais nous pouvons, par divers renseignements, en déduire que dès avant 1951 le centre fut équipé de P-47 pour des liaisons rapides, appareils qui seront retirés en 1957.

Il est probable qu’avant 1951, d’autres appareils plus anciens furent utilisés, probablement des Martinet, des Goéland ou des Simoun.

Quand, en 1956, il fut nécessaire d’avoir des liaisons rapides vers Paris, c’est un « Canberra » qui en fut chargé. Il pouvait relier Paris en moins de trois heures, il était utilisé pour le transfert de chercheurs ou de documents...

Mais pour les transports de matériel volumineux un avion fut réquisitionné, c’était un (ou peut-être plusieurs) Bristol type 170 « Freighter ».C'était un appareil de grande contenance (pour l’époque). Comme il y avait peu de ces avions disponibles, un de ceux-ci appartenant à M. Boussac, qui s’en servait pour le transport de ses chevaux, fut réquisitionné. Nous n'avons pas de certitude mais il semble que cet appareil était immatriculé en Grande-Bretagne et volait aux couleurs de la "Compagnie Air Transport".

 

Un Flamant  sur le terrain de Colomb-Béchar.  Il n'appartient pas au CIESS, il porte l'insigne de l'EOM 87. (Photo prise le 6/10/56 par Liberto Gil).

 

img305.jpg      

Flamant n° 59 sur le terrain de Colomb-Béchar, il porte l'insigne de l'EOM 87.  

(Photo prise le 7/10/56 par Liberto Gil).  

 

 

Un engin-cible CT 20 en essais à Colomb-Béchar (Photo Pierre Leyvastre).

 

 

        Les P-47D utilisés servent aux liaisons rapides d'état-major entre les sites de Colomb-Béchar et d'Hammaguir ainsi qu'avec la métropole. Le centre comptait encore fin 1956 deux F-47 (n° 44-33409 et 44-20664, en compte à la BA 145, ils seront retirés en février 1957), les liaisons étant ensuite assurées par des SE 535 Mistral.

 

 

Un Nord 1101 "Ramier "  le 11/2/56.

Il porte l'insigne du CIEES sur la dérive (Photo Liberto Gil).

 

 

 

D’autres appareils porteront l’insigne du CIEES, notamment un Nord 1101 « Ramier », et également des Dassault 315.

 

Il semble aussi qu’un certain nombre de T-6 servant à la surveillance, divers appareil de chasse (Mystère IV, Vampire etc…) se trouvaient sur le site du CIEES.

 

 

Un Canberra, dans un hangar.  

Il reliait Béchar à Paris  sans arrêt. (Photo Liberto Gil).

 

Après la fin de la guerre d’Algérie (19 mars 1962) le CIEES perçoit à partir du 17 mai 1966 quatre Fouga CM170R « Magister ». A sa dissolution, en mai 1967, trois avions sont pris en compte par la BA 180 de Bou Sfer jusqu'à sa fermeture le 31 décembre 1970, le quatrième rejoignant l'EAA 601 de Châteaudun.

Le Centre était constitué de deux corps autonomes appelés "Base" : l'une la "Base-Air" regroupait tout le personnel de l'Armée de l'Air, elle était complètement indépendante de la Base Aérienne qui s’occupait des avions, l'autre était la "Base-Guerre" qui était l'équivalent d'une formation d'artillerie regroupant tout le personnel relevant de l'Armée de Terre et servant aux essais des missiles.

La Base-Air comprenait environ 80 officiers, 500 sous-officiers et à peu près le même effectif d'hommes de troupe. Ces personnels étaient chargés de la mise en œuvre des avions cibles, des engins air-air et des diverses sortes de propulseurs.

 

 

   

Un Flamant portant l'insigne du CIEES 00.343  (avec l'aimable autorisation de Jean Claude Mermet).

 

La protection intérieure au centre étaient assurée par la Gendarmerie de l'Air et des Fusiliers de l'Air et évidemment la base était sous le contrôle de la Sécurité Militaire.

 

 

 

 

 

 

Bristol Type 170 « Freighter », à Colomb-Bechar le 1/12/1956, cet appareil aurait appartenu à M. Boussac (?) et aurait  été réquisitionné (?) pour le transport de charges lourdes. Il était immatriculé en Grande-Bretagne  G-AGVB  et appartenait à la "Compagnie Air Transport" avant d’être par la suite immatriculé en France comme F-BHVB. (Photo Liberto Gil).

 

 

 

Br 890H archives rostaing. WEB

 

    Le prototype du Breguet 890H "Mercure" F-WFRF fut utilisé par le CEV pour des liaisons avec le CIEES (Photo archives Marc Rostaing).

 

  *************************************

 

 

 

Deux photos du ballon servant au centre pour des explorations et des essais

 

 (Photo Liberto Gil) :

 


 

 

NB: il existe un site des anciens du CIEES.  :

 

 

 

Remerciements à Liberto Gil pour ses photos qui m'ont permis d'illustrer cet article.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Unité
commenter cet article

commentaires

Cépé 25/10/2015 18:35

Bonsoir Jean-Claude et Jacques. Je me permets de vous contacter car il a été découvert en mer, par un collèue plongeur, devant le Cap Figero (Sassel) en Algérie, l'épave du P/F-47 du sgt. Jean-Claude Himbert, disparu le 13 janvier 1955 lors d'"une mission "biroute". Il dépendait de la BA 141 d'Oran, 20ème escadre de chasse, E.E.O.C 1/17. Auriez-vous des infos sur ce pilote en particulier (date de naissance, habitation à l'époque - ses parents étaient alors localisés à Oran même). A ma connaissance, l'avion n'a officiellement jamais été "vraiment" localisé tout comme le pilote jamais retrouvé. A moins qu'il me manque des informations à son sujet (corps retrouvé depuis ??) , il est décédé en tout cas en coulant avec son appareil. J'ai des documents concernant cet accident (rapport d'accident, etc.),mis vraiment rien sur le pilote. Merci à vous dans la mesure ou vous auriez quelque chose de plus, voir, me diriger vers une personne étant au fait de ce dossier ? Bien amicalement, Philippe

Avions de la Guerre d'Algérie 26/10/2015 08:27

Bonjour Cépé .
Malheureusement je n'ai rien sur ce sujet hélas...

dumay jean claude 19/12/2014 14:56

en 1961- 62- 63 Un avion bi -moteur Siebel était utilisé pour les les liaisons Béchar - Hammaguir ainsi que pour l'entrainement des pointeurs cinéthéodolite. A l'époque j' étais au poste 20 Hammaguir, 180 à Béchar puis 392 à Béchar également, face au chateau de Bou Hamama

Moulin Jacques 19/12/2014 15:00

Merci pour ce témoignage.

Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories