Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 10:26
File5565_WEB.jpg
 
 
Gloster " Meteor" NF-11 et suivant.
 
 
 
 
© Jacques Moulin 2010/2012.
 
 
 
NF11 21 30FD
 
 
 
Profil offert gracieusement par son auteur Jacques Davy
 
 
 
 
MeteorNF11
 
     
Profil d'un Meteor NF 11 utilisé par les Français en AFN publié avec l'autorisation d'Olivier Beernaert.
 
Le Gloster « Meteor » fut construit avant la fin de la Deuxième Guerre mondiale et fut donc le premier avion à réaction militaire mis en service par les Alliés, et, comme les autres appareils en cours d'étude ne furent pas prêts à temps, il fut le seul avion de ce type utilisé par les forces Alliées pendant la Seconde Guerre mondiale.
 
Meteor NF11 8 Photos Archives Thierry Matra
              
Meteor NF 11 n° 8 (Archives Thierry Matra).
   
 
Il a été construit à près de 4.000 exemplaires, dont une partie sous licence, et utilisé par une dizaine de pays essentiellement depuis l'après-guerre et jusque dans les années cinquante.
Suite à l'avancement des travaux de Frank Whittle sur les premiers moteurs à réaction de conception anglaise, le ministère de l'Air britannique émet une demande pour un avion de chasse propulsé par un réacteur dès 1940. La société Gloster propose alors un biréacteur (désigné G.41 en interne) qui est accepté en novembre de cette même année.
Huit prototypes du Gloster "Meteor" seront réalisés, utilisant plusieurs des premiers réacteurs en cours de développement à l'époque : le "MetroVic F.2" sur le troisième prototype, le De Havilland "Halford" H.1 sur le cinquième, le De Havilland "Goblin" sur le sixième, le Rolls-Royce "Derwent 1" sur le huitième, et le Rolls-Royce "W.2B" sur tous les autres.
Le premier prototype effectuera son premier vol le 5 mars 1943.
 
Photo 1 Meteor NF11-20 30-MB Conan[1] WEB
     Meteor NF11-20 de la 30e escadre (Photo Conan).
   
Cet appareil conçu pendant la guerre, d'une conception plutôt conventionnelle : monoplace (au départ) en métal à ailes basses et droites, équipé de deux nacelles moteurs incorporées dans les ailes et d'un train tricycle rétractable.
Pressés par les rapports signalant l'avancement des travaux allemands, 20 "Meteor" Mk 1 de présérie sortent début 1944, propulsés par des Rolls-Royce "W.2B/Welland I " de 7,55 kN.
Le "Meteor" Mk I présente cependant plusieurs défauts : II est sous-motorisé, ses canons Hispano-Suiza (construits sous licence) s'enrayent facilement, le pilote n'a pas un champ de vision très étendu sur les côtés et l'arrière et l'avion est lourd à piloter.
 
Photo 2 Gloster Meteor NF11-37-Photo PEYRE H[1] WEB
                        Meteor NF 11 37 (Photo Peyre).
 
     
En décembre 1944, commencent les livraisons de la version Mk III, avec une structure renforcée, plus de carburant, une verrière modifiée et des réacteurs Rolls-Royce "Derwent I" de 8,83 kN.
Un combat simulé est organisé avec un Hawker "Tempest", (le chasseur britannique équipé d'un moteur à pistons le plus évolué de l'époque) et le premier chasseur à réaction anglais. Le "Meteor" s'avère supérieur dans presque tous les domaines de vol.
Le "Meteor" Mk III est la première version de série, produite à 210 exemplaires, et remplace très vite le Mk I.
Différents essais montrant que les nacelles des réacteurs posent des problèmes aérodynamiques, celles-ci sont redessinées et allongées sur les derniers Mk III construits.
Désignée F.4, la version suivante reçoit en plus des réacteurs Rolls-Royce "Derwent" 5 de 15,6 kN, des ailes tronquées, une structure renforcée et d'autres améliorations.
A cause des flottements induits par la fin de la Seconde Guerre mondiale, la production de cette version ne commence pas avant 1947.
 
Photo 4 Metéor NF11 346-QG WEB  
Ce NF-11 code 346-QG était un appareil du 1/71    
mais il conservait le marquage du CITT 346 de Tours.
 
 
La version F.8 fait son premier vol le 12 octobre 1948 avec un fuselage allongé de 76 cm pour corriger les problèmes de centre de gravité dont il souffre depuis le début et qui avaient d'ailleurs conduit à installer jusqu'à 450 kg de lest dans la version F.4.
Une nouvelle dérive résout également des problèmes de stabilité. Enfin, des réacteurs de Derwent 8 de 16 kN, un siège éjectable et une nouvelle verrière sont installés. Cette version pouvait emporter deux bombes de 454 kg ou 16 roquettes.
 
C'est en 1950 qu'apparaît la version NF. 11, construite par Armstrong-Whitworth : il s'agit d'un chasseur de nuit/chasseur tout-temps, dérivé du biplace T.7, avec un fuselage allongé de 1,50 mètre pour permettre l'installation d'un radar dans le nez.
 
Photo 5 Meteor NF11-28 photo Lussagnier WEB
     Meteor NF-11-28 (Photo Lussagnier).
 
 
Les canons sont déplacés dans les ailes. Trois autres versions en sont dérivées :
• le NF. 12, avec des réacteurs Derwent 9 de 16,9 kN et un fuselage à nouveau allongé pour installer un radar américain AN/APS-21.
 
• le NF.13, avec un radiocompas, des entrées d'air agrandies et mieux adaptées à l'emploi dans des pays chauds.
 
• le NF.14, encore allongé pour installer un radar AN/APQ-43, et équipé d'une nouvelle verrière offrant plus de visibilité.
 
L'Armée de l'Air, à la recherche d'un chasseur de nuit, principalement pour la veille nocturne en AFN pour contrer les pénétrations éventuelles d'avions désirant ravitailler les rebelles algériens en achètera quelques-uns qui seront utilisés pour ce type de mission.
Les appareils NF "Chasseur de Nuit" étaient biplaces, avec le pilote à l'avant et radariste à l'arrière.
 
Après la fin de la guerre d'Algérie la plupart des appareils restant seront utilisés par le CEV pour des essais de matériels divers.
 
 
Variantes construites
 
     
• G.41 - prototypes (8 exemplaires)
 
• Mk I - version de présérie (20 exemplaires)
 
• Mk III - réacteurs Derwent I, nouvelle verrière (210 exemplaires)
 
• F.4 - réacteurs Derwent 5, ailes tronquées (753 exemplaires)
 
• T.7- biplace d'entraînement (650 exemplaires)
 
• F.8 - réacteurs Derwent 8, fuselage allongé, etc. (1.550 exemplaires dont 300 sous licence par Fokker)
 
• FR.9 - version de reconnaissance du F.8 (126 exemplaires)
 
• PP. 10 - version de reconnaissance à haute altitude du F.8 (59 exemplaires)
 
• NF. 11 - chasseur de nuit/ chasseur tout-temps dérivé du 17 (307 exemplaires)
 
• NF.12 - réacteurs Derwent 9, nouveau radar (100 exemplaires)
 
• NF.13 - adaptée à l'emploi dans des pays chauds (40 exemplaires)
 
• NF.14 - nouveau radar, nouvelle verrière (100 exemplaires).
 
 
Photos Matra-2 448
 
Un NF 11 de la Royal Navy (?)  .
 
img120
 
Un Meteor du CEV en visite à Colomb-Béchar en 1958 pour des essais de missiles AA10,
(engin Nord 5103 type J2RT construit par Matra) des missiles air-air filoguidés.
 
img103
 
 
Détail du montage de l'engin sous la voilure(le 1/332 était une unité basée à Colomb-Béchar. (Photos Constructeurs)
 
 
NF-14-747 Bretigny 1982img086 (1)
Plus tard un NF 11 restant sera utilisé par le CEV de Brétigny. Photo prise en 1982 par l'auteur.  (© Jacques Moulin 1982).
 
 
 NF-11-1 Bretigny 1982
 
Un  NF 14 du CEV vu à Brétigny en 1982. (Photo © Jacques Moulin 1982).
 
 
Les Meteor français
 
Dès 1948, un appareil Mk IV fut utilisé pour essais en France, mais ce fut qu’en 1953 que la France commanda 41 NF 11 et 11 types T (Mk 7).
Les T.7 étaient destiné à l’entrainement et les NF 11 à la chasse de nuit. Trente-deux furent utilisé par l’Armée de l’Air principalement du moins au début à la 30ème escadre et 9 appareils furent remis au CEV où ils ont été utilisés comme bancs d'essai d'équipement mais aussi pour d’autres des essais divers et variés. Plus tard le CEV a acquis deux NF Mk.13 et deux NF Mk.14.
Les NF 11 furent retiré du service actif en 1957/58 mais ceux du CEV volèrent jusqu’à la fin des années 80.
Il est aussi a noter que les NF.11 affecté a l'Escadrille de Chasse de Nuit (ECN) 1/71 basée à Tours volèrent aussi en Algérie.
 
 
img987.jpg
  
Meteor Mk 7(T.7)  346-QW équipés de double commande utilisé à Tours pour la transformation et l’entrainement au avions a réaction biréacteur  et vol de nuit (DR)
 
img988.jpg
Méteor NF 11 346 QC qui étaient utilisés à Tours pour l’entrainement des équipage à la chasse de nuit.
 
Caractéristiques :
 
Type :                                                Meteor NF11
Constructeur :                                   Gloster
Fonction :                                          Chasseur de nuit
Année de construction:                    1950
Motorisation :                                   2 réacteurs Rolls Royce "Derwent" de 1.680 kgp
 
Dimensions :
 
Envergure                                          13,10 m
Longueur                                           14,80 m
Surface alaire                                    35,20 m²
 
Performances :
 
Vitesse max                                         891 km/h
Rayon d'action                                   1.500 km
Masse totale                                       8.980 kg
 
Armement :
 4 canons Hispano (HS 404 *) de 20 mm
* Version du canon français construit sous licence (Voir l'article sur les canons de 20 mm)
 
 img846
    
Un document d’époque sur le turboréacteur « Derwent »
qui montre bien le principe de fonctionnement des réacteurs centrifuge anglais .
 (France Illustration n° 59 novembre 1946)
img989.jpg
Un "eclaté" du Meteor publié en 1946 par Science et Vie 
 
© Jacques Moulin 2010/2012.
 
Article publié dans le n° 489 d'Aout-septembre 2010 de l'Ancien d'Algerie.
 
Témoignage :
 
Gloster Meteor
 
En complément à l'article sur le matériel volant d'AFN et pour bien confirmer que l'appareil traité dans le n° 489 était effectivement présent dans le ciel d'Algérie, je vous adresse cette photo d'un Gloster Meteor NF 11 prise en 1961 sur le terrain de Oued Irara (MD1), très proche d'Hassi Messaoud, à l'occasion d'une prise d'alerte.

.

 
Sans nom    

Ce NF-11 code 346-QM était un appareil du 1/71

mais il conservait le marquage du CITT 346 de Tours.

 

Certains NF11 étaient stationnés sur la base aérienne de Bône-les-Salines et ils venaient se mettre en place à la demande à Télergma, Tébessa et Hassi-Messaoud.

Ils appartenaient à l'ECN 1/71 de Tours (escadrille de chasse de nuit).

En Algérie leur indicatif radio opérationnel était "Rengaine".

 

© Jean-Claude Serret 21160 Marsanay-la-Côte

 

  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Avion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories