Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 08:50

File5566_WEB.jpg

 

 

Le Consolidated PB4Y-2S    "Privateer"

 

 

 

© Jacques Moulin 2011.

   

 

PRIVATEER 28F 7

 

Profils mis gracieusement à notre disposition par Patrick Marchand.

http://profiles-galore.over-blog.com/article-26172483-6.html#anchorComment

 

Photo 1 Photo Moser via Gilberti

Un PB4Y-2S « Privateer » à Télergma (Photo Moser via D. Gilberti).

 

Conception

 

Dérivé de la version B-24.S du « Liberator » dont il garde la voilure et le train d'atterrissage, le PB4Y-1 était un quadrimoteur doté d'un rayon d'action d'environ 4.500 km à 380 km/h avec un équipage de 11 personnes, aussi appelé « Privateer », il avait adopté un fuselage plus long et un empennage mono-dérive.

Photo 2 Privater0-24--Photo Moser via Gilberti 

 

Un « Privateer » le 28F-12 en cours de ravitaillement et de préparation pour un vol à Télergma (Photo Moser via D. Gilberti).

 

Il fut construit en deux versions : PB4Y-2B, version destinée au bombardement, et PB4Y-2S destinée à la lutte anti sous-marine.

Les accords OTAN MDPA permettront à l’Aéronautique navale de commander des avions de lutte ASM pour équiper les flottilles 8.F et 28.F en 1950 puis 24.F en 1954 pour l’Indochine. Les 10 premiers avions sont livrés par les USA à la 8.F à Tan-Son-Nhut entre novembre 1950 et février 1951. Quatorze autres avions seront livrés par la suite et 6 seront rétrocédés aux USA après le départ de la 24 F.

 

  File5542 WEB

Un PB4Y-2S « Privateer » le 28 F-6 de la 28-F en vol.

 

En 1956 la 28.F quitte définitivement l’Extrême-Orient pour l’Algérie avec ses appareils, elle servira au début principalement pour les patrouilles maritimes, mais par la suite, à la demande de l’Armée de l’Air, les appareils de la 28 F effectueront aussi des missions de bombardement.

Les "Privateer" seront retirés du service à la flottille 28.F en décembre 1960 et remplacés par des « Neptune ».

  Photo 4 File5043 WEB

Deux « Privateer » le 28F.12 et 28F.3 de la 28-F en AFN.

 

Utilisation par les USA :

Il n'apparut en masse dans les rangs américains qu'après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il servit néanmoins énormément dans le cadre de la guerre froide où il fut utile à l'espionnage de l'URSS par les États-Unis grâce à ses nombreux moyens électroniques embarqués, sur des versions diverses et variées.

Renommé P4Y en 1951, il ne servit progressivement plus qu'aux US Coast-Guard (garde-côtes) et à éteindre les feux de forêt.

 

Utilisation par la Marine française en AFN

 

La flottille 28 F, qui sera la seule à utiliser ces appareils en AFN, quitte Saigon avec 12 avions et se trouve basée à Karouba, en Tunisie, le 13 mars 1956. Elle est alors commandée par le CC Humbert, puis à partir du 16 juillet par le LV Turc.

Les avions sont modifiés rapidement avec l’adjonction d’un IFF APX-6, une antenne radar basse altitude, et un émetteur récepteur SCR 300 pour les liaisons avec les troupes au sol.

A ses débuts, la flottille effectue principalement des missions SURMAR (surveillance maritime) entre Karouba et Lartigue (sud Oranais). Ces appareils servirent à partir de Karouba jusqu'à leur retrait du service en France en 1960. Ils effectuèrent de nombreuses missions de surveillance maritime, comprenant des missions de sauvetage en mer, puis des bombardements et des mitraillages aux ordres des GATAC de l’Armée de l’Air.

La 28 F perdra un avion avec la plus grande partie de son équipage le 21 mai 1957 dans les monts du Némentcha. Voilà comment le raconte Henri Robin, dans « L’Aéronautique Navale en Algérie » (Edité par l’ARDHAN) :

« Le 21 mai, lors d'une mission ordonnée par le GATAC 1, le 28.F-4 (EV1 Suret), évoluant trop près du relief est pris par des rabattants et s'écrase dans les Némentchas à 47 km dans le 067° de Biskra. L'épave du Privateer est rapidement localisée par une vingtaine de pillards. L’EVl Suret, chef de bord, et le SM Josse, radariste, sont capturés. Ils disparaîtront assassinés. Trois blessés, dissimulés dans une anfractuosité du terrain, sont récupérés le lendemain par un hélicoptère de l'ALAT. Bilan de l'accident :

• 7 tués : EV2 navigateur Kervella ; SM navigateur Gourmelon ; SM radio Granet ; SM radio Roux de Vence ; SM mécanicien Maton ; SM mécanicien Cariou ; Mlot mécanicien Delepine.

• 3 rescapés blessés : Mt armurier Bornet ; SM pilote Monteleon ; SM armurier Grolleau.

• 2 autres rescapés disparus : EV1 pilote Suret ; SM radariste Josse.

Les Privateer français seront définitivement retirés du service et remplacés par des Neptune en décembre 1960. 

 

Caractéristiques PB4Y-2S « Privateer ».

 

(Peuvent être en partie fausses je n'ai pas trouvé de source incontestables sur le sujet. Merci de compléter, si vous pouvez, avec des indications vérifiés)

 

 

Constructeur : Consolidated

Équipage : 11

Missions : bombardement, patrouille maritime et lutee ASM

Date du premier vol :

Constructions :

 

Dimensions

 

Envergure : 33,53 m

Longueur : 22,73 m

Hauteur : 9,17 m

Surface alaire : 97,4 m²

Charge allaire : 300 kg/m²

 

Masse

 

Masse à vide : 12467 kg

Charge utile :

Masse max. en charge : 29500 kg

 

Performances :

 

Vitesse maxi : 382 km/h

Vitesse de croisière : 225 km/h

Vitesse ascensionnelle :

Autonomie : 11h ou 4500 km

Plafond : 6400 m

Distance franchissable :

Altitude de croisière :

Rayon d’action :

 

Armement :

 

Fixe : 12 mitrailleuses de 12,7 mm dans 6 tourelles.

Soute : 5,8 tonnes.

 

 

Communication radio :

 

 

 

 

 

Moteur

 

Marque : Pratt & Whitney

Nombre : 4

Type : R-1830-94 (Twin-Wasp)

Configuration : 14 cylindres en double étoiles

Refroidissement : air

Suralimentation : oui

Puissance normale au sol : 1350 ch

Puissance à    :  

Puissance au décollage :

Equivalent puissance :

Régime de l’hélice :

Alésage : 139,7 mm

Course : 139,7 mm

Cylindré totale : 30 litres

Taux de compression : 6,7 :1

 

Hélice

 

Marque : Hamilton Standard

Type : Hydromatique à pas variable hydraulique avec mise en drapeau

Nombre de pales : 3

Diamètre :

 

 

 

Photos Matra-Parmentier2 194 WEB  PB4Y-2S « Privateer » 8F.9 de la 8-F en vol très certainement en Indochine

(Photo archive Th.Matra).

 

 

    Privateer 28F- Via-Boisselon WEB

Privateer 28F3 de la 28F (Photo origine Boisselon).

 

© Jacques Moulin 2011.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Avion
commenter cet article

commentaires

Dalet Claude 18/06/2016 18:17

C'est avec émotion que je revois ces photos de Privateer. Météo sur la base de Tébessa de 1959 à 1961, j'ai vu évoluer ces appareils la nuit au-dessus du barrage électrifié pour larguer des lucioles. Une nuit d'ailleurs un de ces appareils s'est pose en catastrophe avec le feu à bord: une luciole enflammée s'étant coincée au moment du largage. Aucun blessé à bord mais un pompier de la base a été brulé assez sérieusement lors de l'intervention

Avions de la Guerre d'Algérie 19/06/2016 14:10

A l'époque 58/59 j’étais dans la zone entre les barrières électrifier, dans un régiment de hussard chargé de faire la Herse le long du barrage...

Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories