Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 08:49

                                                          File5565_WEB.jpg

 

Les Martin 167 A3 français

 

© Jacques Moulin 2014

 

Martin167F  

Profil publié avec l'aimable autorisation de Patrice Gaubert.

http://gaubs.free.fr

et

http://profils-aero.blogspot.fr/2010/03/quelques-avions-de-la-periode-1939-1945.html

 

Origine

 

Une demande de l’US ARMY fut lancée en 1938 pour un bombardier léger. Pour répondre à cette demande, la société Glenn L. Martin Company étudia le modèle 167, un appareil qui reçut la désignation officielle XA-22. C’était un appareil bimoteur monoplan entièrement métallique, capable de voler à la vitesse de 447 km/h avec un équipage de trois hommes. Le bombardier était assis dans le nez sous le cockpit, la défense arrière était assurée par une tourelle arrière équipée de mitrailleuses, l’armement en chasse était de quatre autres mitrailleuses légères tirant vers l'avant et montées dans les ailes.

L’avion n’a pas été retenu, le contrat ayant été passé à Douglas pour le A-20.

Mais Martin reçut des commandes étrangères, dont la France, et finalement environ 450 de ces avions ont été construits.

 

Photo 1 Matra-Parmentier2 269 (2)

 1 - Un Martin 167 A3 du GLAM après-guerre. Remarquez les hublots rajoutés sur les flancs du fuselage (Archives Régnier)

 

En service en France

 

La France, qui était à la recherche de matériel, avait envoyé une première mission aux USA pour rechercher des appareils pouvant être livrés rapidement et passa plusieurs commandes.

La première le 6 février 1939  pour 115 appareils  à livrer entre le 1erjuillet et le 31 décembre 1939, une commande de 795 moteurs Pratt & Whitney R1830-SC3G. Le seconde commande pour 100 autres appareils fut passée le 28 mars 1939, à livrer de décembre 1939 à janvier 1940. Une troisième commande de 130 appareils fut passée le 5 octobre 1939, à livrer à partir d’avril 1940.

Par la suite une commande ouverte fut passée pour 300 Martin 187 mais cela est traité par ailleurs.

Photo 2 Matra-Parmentier2 264 (2)Martin 167 GLAM

2 - Une autre photo d’un appareil du Glam (Archives Thierry Matra)

 

Les diverses commandes passées par la France concernaient des appareils « francisés » avec des instruments métriques, la possibilité d’utiliser des munitions et des bombes françaises

Le remontage des appareils, livrés démontés en caisses, commença à Caen-Carpiquet, mais rapidement le montage se déplaça vers Casablanca, au Maroc. Fin juin 1940, 257 appareils non montés avaient été réceptionnés à Casablanca.

Au 23 juin 1940 cent quatre-vingt-dix Martin 167 avaient été réceptionnés, quarante et un encore en caisses à cette date furent livrés en juillet 1940, au moins seize étaient encore en caisses.

Photo 3 File4026 (2)

3 – Le Martin 167 n° 112 militaire mais avec immatriculation civile F-BAGO. (Archives SLHADA)

   

Quand les Allemands attaquèrent à l’ouest, le 10 mai 1940, seulement cinq groupes de bombardement étaient équipés de Martin 167 : les 1/39, 1/61, 1/62, 1/63 et 2/63. Ces groupes avaient été formés en AFN avec les avions livrés à Casablanca. Les Glenn (nom familier non officiel donné par les militaires français) ont été rapidement envoyés en métropole pour combattre sur le front où ils sont intervenus honorablement avec leur vitesse suffisante et une excellente maniabilité pour un avion dans cette classe. Ils ont parfois eu la chance d'éviter les combattants ennemis. En plus, sur 400 sorties contre les Allemands, ils ont souffert un taux de perte de seulement 4 %, bien mieux que les 16 % endurés par les LeO 451 et leurs équipages au-dessus des mêmes objectifs.

Photo 4 img828

4 - Le Martin 167 MQ 228 des FAFL à Fort-Archambault en 1942.

Peu de temps avant l’armistice, le 14 juin 1940, les unités équipées de Glenn Martin 167 ont été rappelées vers l'Afrique du Nord afin d’éviter la capture par les Allemands, avec aussi le but d’attaquer à partir de l’AFN les bases du sud de l’Italie. Les appareils, regroupés à Lézignan, traversèrent la Méditerranée pour rejoindre Oran-La-Senia. Pendant le transit, l'un d'eux aurait atterri en Espagne et aurait été interné. Il est possible qu’il ait été essayé par les Espagnols.

Les cinquante appareils avaient été livrés à l’aéronautique navale qui équipait les escadrilles 2B ? 3B, 4B et 14 E.

 

Photo 6 img829

6 - Une autre vue du MQ 228 de l’escadrille Nantes à Zouar, 1èrecompagnie du Fezzan.

 

La bataille suivante livrée par les Glenn se déroulera contre les Anglais et les FAFL avec les forces du régime de Vichy. Au cours de la campagne de Syrie-Liban de 1941 l’aviation de Vichy perdit plusieurs appareils pendant ces combats.

Après la reprise du combat des forces basées en AFN, après le débarquement allié en Afrique du Nord, les Martin 167 de l’armée de l’air furent retirés du service actif. Ils seront remplacés dans les groupes combattants par des Martin B-26 Marauder.

Photo 7 img249

7 - Martin 167 de la Marine n° 189 de la 3B avec les marques de Vichy (Archives Giraud)

Utilisation après-guerre

 Les avions restant en 1942/43 ne furent pas utilisés par l’AA comme avions d’armes, même si la marine continua à les utiliser comme patrouilleur naval.

Les avions subsistants furent regroupés à la SLM de Boufarik, dès 1943 pour les liaisons. Plusieurs appareils furent affectés au transport de personnalités. Plus tard la SLM devint le GLAM et les appareils continuèrent à servir au transport et à la liaison de personnel et de matériel.

Les Martin 167 toujours affectés au Glam en 1948-49, étaient les N° 43, 123, 162, 173, 182, 275, 280 et 283.

Photo 8 bon-img835

 

8 - Martin 167 n° 123 qui porte l’insigne du CEFI (Corps Expéditionnaire Français en Italie) peut-être l’avion du général Juin, l’appareil était alors affecté à la SLM (Section de Liaison Militaire) de Boufarik, qui deviendra plus tard le GLAM.

 

Caractéristiques des Glenn Martin 167 A/B 3

 

(Peuvent être en partie fausses je n'ai pas trouvé de source incontestables sur le sujet. Merci de compléter, si vous pouvez, avec des indications vérifiés)

 

Constructeur :                                             Glenn Martin

Équipage :                                                        3

Missions :                                            Bombardement (B3)

Date du premier vol :

Constructions :

 

Dimensions

Envergure :                                                 18,69 m

Longueur :                                                  14,22 m

Hauteur :                                                       5,01 m

Surface alaire :                                             48,4 m²

Charge alaire :

 

Masse

Masse à vide :

Charge utile :

Masse totale en charge :                          7 625kg

 

Performances :

Vitesse maxi :                                         486 km/h à 3 500 m

Vitesse de croisière :                             408 km/h

Vitesse ascensionnelle :

Autonomie :                                        1 000 km ou 2 200 km avec réservoirs supplémentaires.

Plafond pratique :                                     8 850 m

Distance franchissable :

Altitude de croisière :

Rayon d’action :

 

Armement :

Fixe :

Externe :

 

Communication radio :

 

 

Moteur

Marque :                                           Pratt & Whitney

Nombre :                                                2

Type :                                           R 1830 SC3G Twin Wasp

Configuration :                         14 cylindres en double étoile

Refroidissement :                                 air

Suralimentation :               Compresseur centrifuge General Electric

Puissance nominale au sol :             1 200 ch

Puissance de croisière :                       700 ch

Puissance au décollage :

Equivalent puissance :

Régime de l’hélice :

Alésage :                                       139,7 mm

Course :                                        139,7 mm

Cylindré totale :                              30 litres

Taux de compression :                    6,7 :1

Poids à sec :                                      567 kg

Longueur :                                        1,5 m

Diamètre :                                        1,22 m

Carburant :                                      95/100

 

Hélice

Marque :

Type :

Nombre de pales :                               3

Diamètre :

 

 Photo 9 img831

 

9 - Martin 167 aux couleurs militaires de 1940.

 

 

© Jacques Moulin 2014

 

Autres Photos 

 

  Photo 10 img832

10 - Un Glenn Martin 167 neuf, probablement à la sortie des ateliers de montage.

 

Photo 11 img837

11- Martin 167 de la Marine de Vichy, le n° 200 de la  BR à Atar le 19/12/1941

(Origine Morareau Bonnet).

 

Photo 12 bon img839

12 - Appareil du Glam affecté au général Martial Vallin au Maroc en 1949. (Photo Guinet)

 

Photo 13 File0048 (2)

13 - Martin 167 à sa sortie de montage en 1939/40.

 

Photo 14 File0049 (2)

14 - Martin 167 à sa sortie de montage en 1939/40.

 

Photo 15 File0050 (2)

15 -  Martin 167 à sa sortie de montage en 1939/40.

 

Photo 16 File0529 (2)

 16 - Martin 167 en vol en 1940 après l’armistice.

 

Photo 17 File0530 (2)

 17- Un appareil aux couleurs de Vichy en 1941.

 

Photo 18 File0531 (2)

 18 - Un survivant après-guerre. On peut remarquer l’emplacement d’un insigne effacé.

 

Photo 19 img834

19 – Vue de l’intérieur du Martin 167 A3 n° 269.

 

Photo 20 img836

20 – Un Martin 167 de la 4-BR à Sidi-Ahmed en mai 1941 (Origine Morareau-Bonnet-Jacquemont) 

 Photo 22 img838

22 – Martin 167 A3 de la Marine  5-BR à Dakar en 1941. (Origine Morareau-Bonnet-Jacquemont)

 

Photo 24 img834 

24 – Intérieur du poste de pilotage du Glenn Martin 167 A3 n° 269.

 

Photo 26 Martin 167  

26 – Marti 167 du général de Lattre, n° 270 avec l’insigne Rhin et Danube de la SLM de Boufarik. A l’avant devise « Ne pas subir » (Collection Jean Claude Watrimont)

Photo 27 img275 

27 – Le général Juin devant son « Glenn » du GLAM.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Avion
commenter cet article

commentaires

Dousset Michel 03/07/2017 19:07

Bonjour.
Mon père Jean Dousset a eu un accident d'avion à Dakar en 1945. Son avion : Glen Martin 167 A3 n°277.
Est-il possible pour moi d'en savoir plus sur les circonstances de cet accident à partir de cette immatriculation retrouvée sur de photos du crash de l'avion ? Par avance merci...

Avions de la Guerre d'Algérie 04/07/2017 10:23

Je pose la question...

Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories