Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 10:05

 

Insignes des bases de l’aéronautique navale en Afrique et en Indochine. 

 

© Jacques Moulin 2013

 

 

BAN Agadir

 

BAN Alger(2)

 

BAN ALGER

 

BAN Cat Lai Indo

BAN Dakar Bel Air

 

BAN Dakar Ouakam 2

 

 

BAN Diego

BAN De Diego Suarez (Madagascar)

BAN Karouba-

 

BAN KAROUBA (Maroc)

 

 

BAN Kouribga (2)Tiff


 BAN Lartigue (2)Tiff

 

ban Port EtienneTiff

 

BAN Port Etienne (Mauritanie)

 

 

 

 

BAN Port-Lyautey

Port Lyautey (Maroc)

 

 

 

 

BAN Tan Son Nhut-tiff

  BAN  Tan  Son Nhut (Indochine)

 

 

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Unité
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 09:30

 

File5565_WEB.jpg

L’école de chasse de Meknès 1943/1961.

 

© Jacques Moulin 2012.

 

img422 (2)  

Très bonne photo d'un Spitfire IX S/n PV 343 à moteur Merlin 66 affecté à la BA 708 le 5/10/49. Remarquer le Caudron Simoun au second plan (Photo Guinet).

   

L’Algérie et le Maroc ayant été libérés en novembre 1942, les besoins de l’Armée de l’Air reformée devenaient très importants, aussi bien en pilotes qu’en matériel et, si les Alliés pouvaient nous fournir du matériel, les pilotes manquaient. Il devenait donc urgent de former le plus possible de pilotes.

Un certain nombre de pilotes, notamment les élèves des écoles françaises (Istres, Royan, etc.) avaient été repliés en AFN en juin 1940, souvent à moitié formés (la formation était arrêtée, toutes les écoles avaient été fermées en métropole en 1940, depuis une année l’Ecole de l’Air de Salon de Provence était repartie, mais sans grand moyens). En AFN il restait donc depuis 1940 des pilotes qualifiés mais n’ayant que très peu volé, d’autres  presque entièrement formés mais qui n’avaient pas pu approcher d’un avion depuis deux bonnes années. Pourtant, sans que nous sachions pourquoi ni comment, un certain nombre de ces élèves pilotes étaient restés mobilisés en AFN et ils devaient être remis à niveau. Il devenait évidemment urgent de les former ou de les transformer sur avion d’arme avant de leur confier un avion moderne pour aller au combat.

 

img712

       Un Hurricane, version armée avec 4 canons, à l'atterrissage sur la base de Meknès (Archives Moulin DR).

 

Pour cela une section « Chasse » fut créée à Marrakech en avril 1943, section chargée de la remise à niveau des pilotes déjà formés. Une première escadrille fut créée, elle était équipée de Curtiss H.75 A (P-36 sur les carnets de vol) rescapés des unités qui s’étaient repliées en AFN pour la « défense de l’Empire ». Mais la cannibalisation est très importante, les pièces détachées sont vite épuisées, les avions sont bien fatigués mais aussi heureusement particulièrement solides.

img409 Hurricane (2)

      Quatre Hurricane de version de marquage et d'armement différent à Meknès en 48/49. Le militaire est M. Guinet , vous pouvez remarquer au fond les Spitfire (Photo archives Guinet).

 

En juillet 1943, une seconde escadrille est constituée toujours équipée de H.75. A la fin de juillet la « section chasse » devient « division chasse » et les programmes de formation sont établis mais restent succincts. Il faut dire que les niveaux des élèves étaient très disparates.

Mais comme l’école cohabite sur le terrain de Marrakech avec des unités US, cela oblige à l’utilisation du terrain de Sidi Zouin assez proche mais particulièrement sommaire.

Les appareils sont récupérés de partout et les AIA travaillent sans relâche. Rapidement, les H.75 A sont remplacés à la 2e escadrille par des Dewoitine D.520 remis en état, les appareils récupérés sont utilisés par la première escadrille. En novembre 1943 la réception d’une douzaine de A-24 « Dauntless » permet la constitution d’une 3e escadrille permettant la formation sur avion à double commande des pilotes ne pouvant pas être lâchés sur des monoplaces. En décembre 1943, le terrain de Marrakech étant très occupé par les avions alliés, il est décidé de transférer l’unité à Meknès, au nord près de Fès. Cela fut effectif en janvier 1944. Il est à noter que des terrains annexes étaient alors utilisés, notamment Kasba-Tadla, situé à environ 300 km au sud de Meknès.

Dès 1943 un certain nombre de pilotes qui ne pouvaient pas être formés assez rapidement en AFN furent transférés dans des écoles aux USA avant de revenir se transformer à la chasse à Meknès.

 

Meknès P.40 a l'attérissage. Biancotti

Un Curtiss P-40 à l'atterrissage à Meknès fin des années 40 (Photo Bianccotti)

Photos Matra-Huricane 003 (2)

Un Hurricane au parking (Archives Jacques Moulin DR)  

Les quelques unités opérationnelles stationnées en AFN et qui restaient encore équipées de D.520 reçurent de nouveaux types d’appareils et tous les Dewoitine seront alors affectés à l’école de Meknès.

Lors de son transfert en janvier 1944 la « division chasse » possède 108 appareils de divers types outre ses appareils H.75, D.520 et A-24. Elle regroupe de nombreux appareils qui étaient présents en AFN, NAA-57, MS 230 et 315, Stinson, Caudron Simoun, quelques Stampe, etc.

Avec ce déménagement l’école a changé de nom et est devenue « Centre d’Instruction à la Chasse » (CIC)

En février 1944 une 4e escadrille est créée, escadrille qui servait aussi bien aux servitudes qu’à l’enseignement au PSV avec notamment des UC 78.

A partir de mai 1944 les récupérations d’appareils ne se font plus seulement avec des appareils survivants de l’aviation de 1940 mais aussi avec des avions alliés plus ou moins réformés. C’est alors qu’arrivent des Hawker Hurricane, des Curtiss P-40, des Bell P-39 puis quelques Spitfire et Republic P-47. Evidemment ce ne sont pas des appareils neufs mais des avions de seconde main, souvent inaptes au combat.

 

img450 (2)  Vultee BT-13 à Meknès. (DR).

   

Les appareils sont usagés mais il est quand même possible de récupérer des pièces de rechange. C’est grâce à cela qu’une unité chargée de l’entraînement à la chasse, le Centre de Perfectionnement à la Chasse (CPC), est créée à Meknès auprès du CIC.

En mars 1945 se crée une 5eescadrille qui récupère les D.520 qui voleront jusqu’en 1946, l’escadrille n° 2 est équipée de Hurricane et la n°4 de Curtiss P-40. L’escadrille n° 1 remplace peu à peu ses Curtiss P-36 (H-75A) par des Curtiss P-40. Après leur retrait les H.75A sont regroupés à Cazaux en juin 1946. De son côté la 3e escadrille est équipée de A-24 et de BT-13 .

 

MS475--Meknes_Ressouche.jpg

En 1952 les MS 475 Vanneau sont bien pésent à Meknès ici le 455 avec l'insigne de Meknès.(Collection Ressouche) 

En janvier 1947, le Centre d’Instruction à la Chasse (CIC), fusionne avec le Centre de Perfection à la Chasse (CPC) et prend l'appellation toujours en vigueur d'« Ecole de Chasse » et reçoit comme nom de baptême "Christian Martell". Commandée par le lieutenant-colonel Ezanno, elle est alors équipée de Republic P-47 D « Thunderbolt », de Supermarine « Spitfire » Mark V et IX, de Hawker « Hurricane » Mark II S, de Bell P-39 « Airacobra », de Curtiss P- 40 « Kittyhawk », de Douglas A-24 « Dauntless » et de Vultee BT 13. 

img485

Trois Douglas A-24 au parking de Meknès. Les appareils portent l'insigne (Photo Guinnet)

 

Puis plus tard quand l’industrie aéronautique française eut repris son travail de fabrication d’appareils ce fut l’arrivée des avions légers et des avions-écoles fabriqués en France notamment des Morane-Saulnier, des SIPA, des SNCAN. Parmi ces appareils certains construits par les entreprises françaises étaient d’origine allemande et cette dotation hétéroclite fut très largement complétée par des North American AT-6 D, SNJ et Harvard.

Il faut attendre 1951 pour voir arriver à l'école de chasse les premiers réacteurs, les TF 80 C « Shooting Star ». Leurs dérivés, les T-33A (T Bird) joueront un rôle important au sein de cette unité. En juillet 1953, les Vampire arrivent à leur tour.

Le 1.000e brevet est décerné le 31 octobre 1953.

C’est à la fin de 1951 que les premiers T-33A arrivent à l’Ecole de Chasse. La dernière promotion formée sur Spitfire sera brevetée en 1952 et, dès 1953, toute l’instruction finale se fera sur avions à réaction.

 

img711

 Equipage devant un T.6, probablement à Meknès. (DR)

  

  A la fin de cette même année 1953, les cinq escadrons de l'école sont respectivement baptisés "Jean Maridor" (1er) "Henry Jeandet" (2e), "Henri Arnaud" (3e), "Marin la Meslée" (4e) et "Marcel Lefèvre" (5e).    

Les MD 450 Ouragan s'intègrent à la flotte en début 1957.    

Peu à peu l’école devint un excellent pôle de formation, la météo locale étant un atout permettant le vol sans trop de limitations météorologiques.    

Avec l’indépendance du Maroc, il fallut songer à transférer l’école en métropole. Le 31 mai 1961, l'école de chasse quitte Meknès et vient s'implanter à Tours sur la base aérienne BA 109 avec ses T-33A et ses Ouragan. En août 1961, les Mystère IV A nouvellement affectés font de la "60 C" la première promotion "Mach 1". 

 

L’école de chasse de Tours est toujours active avec ses Alphajet mais cela est une autre histoire.

 

    © Jacques Moulin 2012.

 

 

 

Pour ce texte nous avons utilisé (entre autres) un ouvrage édité en 1986 par la Base de Tours : « GE-314 Ecole de Chasse Christian Martell » ouvrage collectif sous la direction d’Eric Moreau, édité et imprimé par la base.

 

Nous remercions MM. Guinet, Guyot et Biancotti pour leurs photos rares et inédites et leurs renseignements et Monsieur Guy Brenier pour son travail de correction.

 

 

 

 

Vampire (2) 

Appareils successivement utilisés à l'école de chasse de Meknès:

Liste non exhaustive a compléter.

 

Morane Saulnier 315                     1943 à

Morane Saulnier 230                     1943 à

Stampe SV-4                                 1943 à

Cessna UC-78                               1944 à

NAA 52                                           1943 à

Caudron Simoun                            1943 à

Caudron Goéland                           1943 à

Curtiss H 75 A (P-36)                     d'avril 1943 à juin 1946

Dewoitine 520                                 de l'été 1943 à janvier 1946

Douglas A 24 Dauntless                 de novembre 1943 à 1952

Hurricane Mark II S                         de mai 1944 à août 1948

P-40 Kittyhawk                                de mai 1944 à fin 1948

P-39 Airacobra                                de juin 1944 à janvier 1951

P-47 D Thunderbolt                         de juin l944 à novembre 1949

Spitfire Mark V                                 de juin 1944 à 1949

Vultee BT 13                                    de mars 1945 à 1951

Miles M 25 Martinet                         de 1946 à 1948

Miles Master II                                 de 1946 à 1948

Spitfire Mark IX                                de 1947 à 1952

Tiger Moth                                       courant 1947

MS 472 Vanneau                             début 1949 puis d'octobre 1950 à 1954

T-6 D/T-6G                                       de fin l950 à juillet 1954

MS 475 Vanneau                             5 d'août 1951 à juillet 1954

T-33 A "T Bird" (à l'origine TF 80C Shooting Star) du 4 octobre 1951 au 12 novembre 1981

DH 100 Vampire                              de juillet 1953 à 1959

MD 450 Ouragan                             de mars 1957 à février 1958 puis de mars 1959 à 1962

CM 170 Fouga Magister                  de février 1957 à 1961

MD 454 Mystère IV A                      d'août 1961 au 5 septembre 1973

 

  Léziaud 1986 img720

Profile  de Léziaud 1986.   

 

 

Avion en dotation à Meknès

 

 Appareil                 6/46        4/48        5/49        10/50      8/52        6/54        1/55        10/56      1/57        6/58        1/59        1960

 

A.24                        26            30            27            20            11            Oui          0

 

BT.13                      6              10            8              10

 

Hurricane                12            0              0

 

P-40                        20            0

 

P-39                        16           15            15            25

 

P-47-D                    11            12            13

 

Spit.  Mk V              24            50            1

 

Spit. Mk IX              26            19            25            14            22

 

Miles M.25               6              6              0

 

Simoun                     0              2              0

 

Nord 1101                                               1              1              1

 

Goeland                 0              2              1

 

T-33                                                                                       21            oui           43            25            40            40            40            35

 

T-6 divers                                                                              19            oui

 

MS 475                                                                                  29            oui

 

MS 472                                                    7              9            21

 

JU 52                                                                                     1              1              2                                                             1              1

 

DH  Vampire                                                                                         oui           106          100          110          70            70

 

MS 500                                                                                                  oui           1              1              1              1              1              1

 

Ouragan                                                                                                                                                 30                                           63

 

Magister                                                                                                                                                                 40            30            28

 

 

P40 01 Biancotti (2) Un A.24 a l'atterrissage à Meknès ( Photo Biancotti).

 

img439 (2)

 Un NAA 57 à Meknès.MENNETRET042 (3)+P39

Un P.39 à Meknès (DR) 

 

 A24B 42 54XXX 02Biancotti (1)

 

 Un A.24 à l'atterrissage remarquez les frein de piqué en partie sortis. (Photo Biancotti)

 

 

 ms315 Meknès

 

 

 

  img951

 

 

Le dernier  AAC-1 en compte à l'école, le n° 256,  vu ici à Rabat au Maroc le 02/09/1959. (Collection Marcel Fluet Lecerf).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Unité
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 08:14

 

Insigne ALAT 

Quelques unités de l’ALAT en AFN

et leurs insignes 1954-1962

 

 

© Jacques Moulin 2011

 

Juste un petit article qui pourra bien évidemment être complété et grossir si vous m’indiquez des unités à ajouter, et quelques éléments historique sur ces unités.

Je sais évidemment que le nombre d’unité relevant de l’ALAT est bien plus important, mais souvent je n’en sais pas assez pour les mettre dans cet article, qui démarre un peu dans le désordre, au fur et à mesure de l’avancement des travaux les unités seront revues et la présentation sera améliorée. Certaines unités on pu se déplacer sur divers terrain, je suis preneur de renseignement sur ce sujet aussi.

Bien sur il peut (et il doit) y avoir des erreurs merci de les rectifier , si vous avez de sphotos des insignes merci de nous le sfaire parvenir !

 

GALAT-n°3 SETIFGALAT n°3 puis GALAT 3 & ZNA Basé à Sétif de 1958 à 63.

  

 

File9097 WEBGALAT n°4 Fès (Maroc) de 1957 à 1959.

 

 

 

1-G.Hélicoptère n°2 (SETIF) ALAT  GH 2 deviendra 14ème GALAT basé à              de 1955- 1964.

 

 

 

 

2-GROUPE D'HELICOPTERE N°3 MAROC AFN ALGERIE-copie-1  GH n°3 basé à Fès.

 

 

 

 

3-ALAT-10° Galat-copie-1   GALAT 101 Puis Gatac 1 Basé à Sétif ( ?).

 

 

 4-File9008 WEB   CIGALAT 101 Basé à Sétif ( ?)

  

 

 

5-GALAT.102   

GALAT 102 Puis GATAC 2 Basé à Sidi-Bel-Abbès ( ?)  

 

 

 

6- GALAT 10526-File9006 WEBGALAT 105 puis GATAC 3 Basé à Alger ( ?)

 

 

  

 

8-EHO5 Sétif 

8-File9007 WEBEHO 5 Basé à Sétif

 

 

A noter que les couleurs du fond pouvait être de couleurs differentes suivant la période ou le fabriquant d'insigne.

 

 9-1er PA1 2eme DIM  1er PA 2ème DIM Basé à Souk-Ahras.

 

10-File8988 WEB2er PA 2ème DIM basé à Tébessa de 1957 à 1962.

 

 11-PMNH 4eme DIM

11-File8990 WEB PA 4ème DI Puis PMAH 4ème DIM  Basé dans l'Est Oranais ( ?)

de 1956 à 1963

 

Le fond des insignes était en général bleu foncé.

 

 12-PA-5èmeDB

12-File8991 WEBPA 5ème DB puis PMAH 5ème DI puis PALAT 4ème DI  basé à Mostaganem 1956 à 1963.

 

A noter que les couleurs du cheval cabré pouvait être de couleurs differentes suivant la periode ou le fabriquant d'insigne.

 

13-PELOTON AVIONS 7°DMR PA 7ème DMR puis 7ème DLB puis 3ème PMAH RG

de 1956 à 1962.  

 

14-File9005 WEB PA 9ème DI puis PMAH  9ème DI

Basé à Orléansville de 1956 à 1963.
 

15-File8984 WEB15-PELOTON AVION 10° DIVISION PARACHUTISTEPA 10ème DP puis PMAH 10ème DP

puis 1er PMAH RG. La Réghaia 1956-1963.

 

 

16-AFN Peloton Avion de la 11° DI  PA 11ème DI puis 2ème DIM.  1958-1962.

 

 

17-File9000 WEB

17-ALAT - 12° DI Tlemcen MéchériaPA 12ème DI Puis 1er PA 12ème DI puis PMAH 12eme DI

puis 1er PMAH12ème DI  Basé à Tlemcen-Zenata

 

12-Insigne PMAH 13e DIPA 13ème DI puis PMAH 13ème DI puis 2ème PMAH 13me DI

puis PMAH 29ème DI puis PMAH 2ème DI  Basé à Sidi-Bel-Abbès.

 

 

19-File8992 WEB19-PMAH13°DI Mécheria1er PMAH 13ème DI Basé à Méchéria.

 

 

20-File5997 WEB20-ALAT PELOTON MIXTE AVIONS HELICOPTERE 14°DI PA puis PMAH 14ème DI

basé a Oued Hamimin de 1956-1962.

 

21-ile8983-avionbis WEB PA puis PMAH 19ème DI basé à Sétif Ain Arnat de 1956-1962

 

Le dessin represente l'insigne portée sur les appareils, le fond ici representé en bleu était peut-être d'une autre couleurs, peut-être rouge .

 

22-AFN 2° Peloton Avion de la 19° DI 2ème PA 19ème DI 1er PARR basé à Bougie de 1958-1962 .

 

 

23-File8986 WEB23- 1er_PAR_M'Sila1er PARR Basé à  M’Sila 

 

 

24-1er PMAH 20°DI   

24-File9001 WEB1er PMAH 20ème DI  Basé à  Bouira.

 

 

25-1erPA-21eDI 

25-File8995 WEB1er PA 21ème DI Basé a Batna 

 

 

26-File8998 WEBPMAH 21ème DI Basé à Batna 

 

   

 

27-File8994 WEB27-2°P.A.R.R. 21° D.I. AURES. WEB 2ème PA   21ème DI Basé à Biskra 

 

 

28-PMAH 25 DP PMAH 25ème DP Basé à Philippeville

 

29-File8997 WEBPA 27ème DIA Basé à Tizi-Ouzou

 

30-PMAH 27eDIA  PMAH 27ème DIA Basé à Tizi-Ouzou

 

31-PELOTON AIN SEFRA HELICOPTEREPATAS

puis 1er ZOS

puis PA ZOS p

uis 1er PA ZOS

puis 1er PALAT 26ème DI

puis PALAT 51

Basé à la SAOURA 1958/ 1963.

 

32-File9002 WEB1er PA  ZOO  puis 1er ZES puis 2ème PALAT 26ème DI

Basé à Chéragas 1958/1963

 

33-1er PA ZES  1er PA  ZES Basé à Laghouat

 

   34-2ème PA ZOO Chéragas

34-File9003 WEB 2ème PA  ZOO Basé à Chéragas 

35-File9004 WEB3ème PA  ZES Basé à Touggourt 1960/1962 .

 

Certain des dessins ci-dessus sont extrait du livre de Myron Cuich sur les insignes, et sont colorés par mes soins, merci aux anciens qui nous ont fournis des photos de leurs insignes. 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Unité
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 10:22

File5565_WEB.jpg 

 Les Insignes des EALA

 

Par Jacques Moulin 2011

 

Les très nombreuses unités de l'armée de l'Air utilisant des avions ont     presque toujouirs reçu des insignes spécifiques. Ces traditions sont aujourd'hui abandonnées.
Nous avons récupérés les insignes des EALA, par la suite nous publierons les autres unités.

Le numero indiqué avant la désignation correspond au code d'homologation attribué par les service officiels.
File9133-1 WEB
Je publie ci-dessus une planche réalisée en 1975 pour le defunt "Camouflage Air Journal" , reprenant les premiers essais de recherche avec quelques exemples d'insignes des EALA .

 

Tout complément , remarque, ou correction serait le bienvenu.
 

Une indication d'un lecteur:

CONCERNANT L'INSIGNE 737 .EALA 2/70 REORGANISE EN ELO 2/45.
CETTE ESCADRILLE ETAIT BASEE A LA REGHAÏA ET NON OUED-ZENATA.

 





 

 




 




 





Code radio "Marquis"

EALA-3-72_WEB-copie-1.jpg

Code radio "Radium
 

EALA-4-72_WEB.jpg




Code radio "Chenil"
 



Code radio "Ramel"







 


File9132-4 WEB


 

 

File9132-4-1 WEB


           Variante très connue de l'insigne de l'EALA 11/72 "Marsupilami" prévu avant l'insigne définitive , mais non retenue, dessiné par Pierre Fournier. Elle ne fut portée que sur trois appareils sur le capot moteur a gauche et a droite sur un fond bleu .

 (Croquis réalisé d'après photos en 1975 par Jacques Moulin)











Code radio "Romarin"


Code radio "Magnan"






Code radio "Rancune"





Code radio Mangouste






Code radio "Camara"












 

 

 

Il existe un recueil très complet "Les escadrilles d'aviation légère d'appui. Historique et insignes 1956-1962. " Écrit par David Aymard  publié en 2007 aux éditions CFA. Je pense qu'il est épuisé mais ont le trouve assez facilement sur internet.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Unité
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 11:03

     

Liste des unités de l’Armée de l’Air

 

ayant volé en AFN . 

 

(Liste probablement très incomplète)

 

 

 

CERO 309 Oran La Senia 

 

CERO 310 Casablanca 

 

Escadron 02/002 (EALA 1/72 et 8/72) AFN 

 

ELA 75 > EALA 4/70 

 

EALA  071 deviendra EALA 5/70

 

EALA  03/004 Bône

 

EALA  03/005 Batna  

 

EALA  3/10 Thiersville puis à  Kenchela-Batna. 

 

ERALA 1/40 basée à ALGER Maison Blanche.

 

« J'ai fait partie, comme réserviste,  de cette escadrille de décembre 1958 à juillet 1960 et j'y ai effectué 138,35 heures de vol en 61 missions (voir mon carnet de vol). Cette escadrille, avec un encadrement d'active (capitaine Bordeaux, commandant d'escadrille, lieutenant Turpin, commandant en second et chef des opérations), assurait l'entraînement opérationnel des réservistes navigants de la région d'Alger dans une zone assez restreinte qui allait des gorges de Palestro, au sud de la Mitidja, des monts de Blida jusqu'à Médéa et à l'ouest jusqu'à Miliana.

 

Voici les noms de certains personnels d'active et de réserve :

 

Active : (en dehors des deux officiers cités) :

 

Pilotes : sergents Delmas, Paulin, Cantonnet, Bidet. Affectation temporaire : lieutenant Corvaisier et sergent-chef Debreuve

 

Réserve : commandant Veuve, capitaine Lavergne, lieutenants Blanchard, Falques, Carles, sergents Binet, Pipolo (PER chef de patrouille - rare !). Observateurs lieutenants Mechali, Assante. »

 

(©) Pierre Binet.

 

 

 

EALA  2/70 devient ELO 2/45  La Reghaïa ou à Oued-Zenata?

 

EALA  3/70 Oued-Zénata devient ELO 5/45

 

EALA  4/70 > ELA 75 apparemment pas d'insigne  (Blida, puis Biskra (?) puis

 

                        Thiersville.

 

EALA  5/70 "La Tortue" à Bône

 

EALA  6/70 "Le Fennec" à Atar et Fort-Trinquet 

 

EALA  7/70 Oued Hamimin (Constantine)

 

EALA  1/71 devient EALA 19/72 (Où ??)

 

EALA  2/71 devient EALA 20/72 "La Guêpe" Oued Zenata

 

EALA  3/71 Djelfa  

 

EALA  1/72  "Les Barons" Setif

 

EALA  2/72 "Le Marquis" à Batna avec détachement à Biskra.

 

EALA  3/72 "La Biquette" à Oujda puis à Batna

 

EALA  4/72 Tébessa

 

EALA  5/72 Colomb-Béchar

 

EALA  6/72  à Thiersville devient ELAA 1/022 à N’Jaména (Tchad)

 

EALA  7/72 Atar et Fort-Trinquet

 

EALA  8/72 "Tête de Chien" Tébessa

 

EALA  9/72 " Petit Prince" Mécheria

 

EALA 10/72 Orléansville

 

EALA 11/72 La Reghaïa

 

EALA 12/72 " Le Moustique" à Bône.

 

« Je suis un ancien de la 12/72 puis du 3/9: 1959-1961 je garde un très bon souvenir de cette période de ma vie. Malgré les circonstances particulières je remercie les officiers, sous officiers, hommes troupe que j'y ai rencontrés dont l'influence a fait l'homme que je suis devenu. Je reste convaincu que le petit rebelle que j'étais à vingt ans n'aurait pas fait la carrière faite par la suite dans le civil sans cette expérience. Je reste très nostalgique de cette période où j'ai trouvé: camaraderie, sens de l'appartenance à une équipe, solidarité, goût de l'effort et du travail bien fait. Ce site me parle beaucoup. » 

 

(©) Jean Bourey

 

EALA 13/72 Paul Cazelles

 

EALA 14/72 Tiersville.

 

« Quelques renseignements concernant cette escadrille où je suis resté un an, de novembre 1957 à décembre 1958. La 14/72 était parrainée par la 1 1ere escadre de chasse de Saint-Dizier. A mon arrivée, elle était commandée par le lieutenant Peyssonnel, le lieutenant Joube était commandant en second et le lieutenant Dujour officier d'opérations. Le lieutenant Guyard dirigeait la mécanique. Le sergent-chef Jacquot était chef-pilote. Au cours de leur séjour opérationnel d'un an, j'ai connu plusieurs pilotes : les sergents Cazelle, Baudon, Mac Leod, Steinmetz, le lieutenant Jeanjean, le sergent Dupont, le sergent Corre, le sergent-chef Avinens, le lieutenant Becquet, le lieutenant Millande (mort dans la région de Saîda en opération). A partir de juin 1958, le capitaine Rouillon a remplacé le lieutenant Peyssonnel à la tête de la 14/72                                               (C) Pierre Binet.

 

EALA 15/72   "Balbuzard"

« L'escadrille 15/72 a été basée à Paul Cazelles jusqu'en mars 1959 et y a été remplacée à cette époque par la 13/72.  Elle a alors rejoint Blida jusqu'à sa dissolution par intégration dans l'escadron 3/12. »

(©) François Preziosi,  ancien de la 15/72

 

EALA 16/72 Biskra  

 

EALA 18/72 Oued Hamimin

 

EALA 19/72 Gafsa Télergma

 

EALA  20/72 ??  

 

EALA  1/73 à Niamey puis à Gao

 

EALA  2/73 à Bangui.

 

EALA  3/73 Dakar puis Paul Cazelles en 1959. 

 

EALA  4/73 Fort-Lamy

 

EALA  5/73 Atar Djelfa  

 

EIAL  1/320 Blida  

 

ELA   46 Rabat (Maroc)

 

ELA   47 Tunis (Tunisie)

 

ELA   53 AFN

 

ELA   54 AFN  

 

ELA 75 > EALA 4/70

 

ELAA  1/022 N’Jaména (Tchad)  

 

ELO   2/45 Oued Zenata

 

ELO   3/45 AFN

 

ELO   4/45 AFN

 

ELO   5/45 était EALA 3/70

 

 

EOM  86 « Hoggar » Blida. Dissous en 1955.

 

EOM  87 "Tanezrouft" dissous en 1955.

 

GALA  1 

 

GALA  3 AFN

 

GAMON  81 ?  

 

GLA  45 Boufarik.

 

 

GSRA 76 Ouargla.

 

GSRA 78 Tindouf. 

 

 

ECN 1/71 Bône

 

ERP 01/032 "Armagnac" (Escadron Reconnaissance Photo)

 

sur R/B-26 "Invader" à Oran.

 

 

ESRA 77 Tindouf  

 

 

GOM 86 Blida   " Grand Erg" (par fusion en 1955 des EOM 86 et 87)

 

 

GT 3/62 Sahara

 

 

EC 1/20 « Aurès Némencha » deviendra EAA 01/021.  

 

 

Ne pas oublier la Base de Bou-Sfer qui ne fut opérationnelle qu'après 1962 (voir le site des anciens:  laba180-bousfer.com). 

 

 

 

Toutes modifications ou compléments seraient acceptés avec reconnaissance.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Unité
commenter cet article
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 17:13

 

 

 

Les avions du CIEES 00.343

   

 

 

© Jacques Moulin 2008-2011

 

      

 

 

    Insigne-du-CIEES-00.343-m-tal-Photo.jpg

 

 

 

Le Centre Interarmées d’Essais d’Engins Spéciaux (CIEES) était un organisme gouvernemental issu d'une idée émise en 1947 de créer un centre de tir d'engins spéciaux air-air, sol-sol, air-sol et sol-air au profit de la Défense Nationale ou du Centre National d'Études Spatiales. A l’époque le Sahara a semblé l’endroit idéal pour essayer ces engins : zone immense sans population, ce qui permettait une confidentialité alors très appréciée.

C’est donc pour cela qu’est créé à Colomb-Béchar le 24 avril 1947, le Centre d'Essais d'Engins Spéciaux (CEES) qui deviendra un centre interarmées - Terre et Air - en 1948 (CIEES).

Les essais étaient alors réalisés sur deux sites désignés B0 et B1, le second sera plus particulièrement aménagé à partir de décembre 1949 pour les essais de missiles importants. Au début des années 50, le polygone B1 se révéla insuffisant et plusieurs sites d'essais furent créés aux environs du complexe principal. Parmi ceux-ci, Hammaguir situé à 120 km au sud-ouest de Colomb-Béchar, fut utilisé à partir du mois de mai 1952 pour lancer des fusées-sondes « Véronique ».

Notre objet n’est pas de décrire le travail du CIEES mais de traiter des avions qu’il a utilisés… Car évidemment l’éloignement de ces sites impliquait, pour que les déplacements ne soient pas trop délicats ni trop longs, un transport d’équipement par avions.

 

 

 

Un des P-47  du CIESS portant l'insigne sur le capot-moteur. Photo prise à Colom

 

 

 

 

 

Un des P-47 du CIESS portant l'insigne de l'Unité sur le capot moteur ( photo prise a Colomb-Béchar en décembre 1956 (Photo Lilberto Gil).

 

   

Précisions sur les P/F-47 du CIEES par Gilbert Nëel :

 

 

"Au total, trois F-47 sont identifiés comme utilisés par le CIEES 343 et en compte, d'après le fichier DCMAA, à la BA 145 fin 1954 : 44-90129, 44-20664 et 44-33409. Le 44-33409 est déjà signalé au CIEES en 1952." 

 

P47 du CIEES sur le ventre à Colomb-Bechard WEB 

Un P/F-47 du CIEES s'est posé sur le ventre à Colomb-Béchar.  

Sur le capot l'insigne est également visible (collection Marcel Fluet). 

    

              L’accident représenté sur la photo ci-dessus est le seul connu de F-47 appartenant au CIEES. Il concerne l’appareil 44-33409. Cet avion, immatriculé F-SDKK, a été accidenté le 27/10/1955 à 16 h 40 à Colomb-Béchar (pilote indemne) : atterrissage sur la bande de crash à la suite du blocage du train gauche par rupture de la tige de rétraction. La lettre B portée par l'avion est un héritage de l'affectation précédente de l'appareil. Le graphisme est en effet typique de celui des marques des avions du GC 2/1 Nice, unité à laquelle le 44-33409 a appartenu en 1951. (Précision de Gilbert Nëel 8/2011).

René Gilavert nous écrit au sujet de cette photo:J’étais présent lors du crash, le pilote était le sergent-chef BIGAND, le personnage sur la photo est le capitaine BORREL, officier mécanicien, responsable du hangar avions. René Gilavert

 

 

Un T-6  à Colomb-Béchar.  

Ce sont ces avions qui escortaient le train (Photo Liberto Gil).

 

Nous connaissons mal le parc des avions utilisés par cette unité mais nous pouvons, par divers renseignements, en déduire que dès avant 1951 le centre fut équipé de P-47 pour des liaisons rapides, appareils qui seront retirés en 1957.

Il est probable qu’avant 1951, d’autres appareils plus anciens furent utilisés, probablement des Martinet, des Goéland ou des Simoun.

Quand, en 1956, il fut nécessaire d’avoir des liaisons rapides vers Paris, c’est un « Canberra » qui en fut chargé. Il pouvait relier Paris en moins de trois heures, il était utilisé pour le transfert de chercheurs ou de documents...

Mais pour les transports de matériel volumineux un avion fut réquisitionné, c’était un (ou peut-être plusieurs) Bristol type 170 « Freighter ».C'était un appareil de grande contenance (pour l’époque). Comme il y avait peu de ces avions disponibles, un de ceux-ci appartenant à M. Boussac, qui s’en servait pour le transport de ses chevaux, fut réquisitionné. Nous n'avons pas de certitude mais il semble que cet appareil était immatriculé en Grande-Bretagne et volait aux couleurs de la "Compagnie Air Transport".

 

Un Flamant  sur le terrain de Colomb-Béchar.  Il n'appartient pas au CIESS, il porte l'insigne de l'EOM 87. (Photo prise le 6/10/56 par Liberto Gil).

 

img305.jpg      

Flamant n° 59 sur le terrain de Colomb-Béchar, il porte l'insigne de l'EOM 87.  

(Photo prise le 7/10/56 par Liberto Gil).  

 

 

Un engin-cible CT 20 en essais à Colomb-Béchar (Photo Pierre Leyvastre).

 

 

        Les P-47D utilisés servent aux liaisons rapides d'état-major entre les sites de Colomb-Béchar et d'Hammaguir ainsi qu'avec la métropole. Le centre comptait encore fin 1956 deux F-47 (n° 44-33409 et 44-20664, en compte à la BA 145, ils seront retirés en février 1957), les liaisons étant ensuite assurées par des SE 535 Mistral.

 

 

Un Nord 1101 "Ramier "  le 11/2/56.

Il porte l'insigne du CIEES sur la dérive (Photo Liberto Gil).

 

 

 

D’autres appareils porteront l’insigne du CIEES, notamment un Nord 1101 « Ramier », et également des Dassault 315.

 

Il semble aussi qu’un certain nombre de T-6 servant à la surveillance, divers appareil de chasse (Mystère IV, Vampire etc…) se trouvaient sur le site du CIEES.

 

 

Un Canberra, dans un hangar.  

Il reliait Béchar à Paris  sans arrêt. (Photo Liberto Gil).

 

Après la fin de la guerre d’Algérie (19 mars 1962) le CIEES perçoit à partir du 17 mai 1966 quatre Fouga CM170R « Magister ». A sa dissolution, en mai 1967, trois avions sont pris en compte par la BA 180 de Bou Sfer jusqu'à sa fermeture le 31 décembre 1970, le quatrième rejoignant l'EAA 601 de Châteaudun.

Le Centre était constitué de deux corps autonomes appelés "Base" : l'une la "Base-Air" regroupait tout le personnel de l'Armée de l'Air, elle était complètement indépendante de la Base Aérienne qui s’occupait des avions, l'autre était la "Base-Guerre" qui était l'équivalent d'une formation d'artillerie regroupant tout le personnel relevant de l'Armée de Terre et servant aux essais des missiles.

La Base-Air comprenait environ 80 officiers, 500 sous-officiers et à peu près le même effectif d'hommes de troupe. Ces personnels étaient chargés de la mise en œuvre des avions cibles, des engins air-air et des diverses sortes de propulseurs.

 

 

   

Un Flamant portant l'insigne du CIEES 00.343  (avec l'aimable autorisation de Jean Claude Mermet).

 

La protection intérieure au centre étaient assurée par la Gendarmerie de l'Air et des Fusiliers de l'Air et évidemment la base était sous le contrôle de la Sécurité Militaire.

 

 

 

 

 

 

Bristol Type 170 « Freighter », à Colomb-Bechar le 1/12/1956, cet appareil aurait appartenu à M. Boussac (?) et aurait  été réquisitionné (?) pour le transport de charges lourdes. Il était immatriculé en Grande-Bretagne  G-AGVB  et appartenait à la "Compagnie Air Transport" avant d’être par la suite immatriculé en France comme F-BHVB. (Photo Liberto Gil).

 

 

 

Br 890H archives rostaing. WEB

 

    Le prototype du Breguet 890H "Mercure" F-WFRF fut utilisé par le CEV pour des liaisons avec le CIEES (Photo archives Marc Rostaing).

 

  *************************************

 

 

 

Deux photos du ballon servant au centre pour des explorations et des essais

 

 (Photo Liberto Gil) :

 


 

 

NB: il existe un site des anciens du CIEES.  :

 

 

 

Remerciements à Liberto Gil pour ses photos qui m'ont permis d'illustrer cet article.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Unité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories