Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 13:19
 
File5565_WEB.jpg
   
 De Navilland D.H. 100 "Vampire
 
et SNCASE SE 535 "Mistral"
     

 

 

    

 

                             © Jacques Moulin 2008 revu en 2011

 
 
 
Vampire.jpg 
 
Profil publié avec l'aimable autorisation de Patrice Gaubert.
 
Mistral-3.jpg   
Quatre Mistral de la 6ème escadre en vol (photo Serge Paré).
 
A la Libération, l’aviation française n’avait pas grand-chose à proposer comme avion à réaction, peu de projets et surtout pas de moteurs. Les constructeurs (presque tous nationalisés) travaillaient d’arrache-pied pour mettre au point moteurs et nouveaux appareils, mais cela ne donnera des résultats que quelques années plus tard. En attendant, il fallait équiper l’aviation française d’appareils performants, importés ou si possible construits sous licence.
 Photo_2.jpg  
Un Vampire ou un Mistral en cours de bombardement sur une méchta.
 
Les premiers avions furent les Gloster "Meteor" que nous étudierons plus tard, et qui furent utilisés en Algérie comme chasseurs de nuit.
Mais les premiers chasseurs livrés en série à la France furent les DH 100 « Vampire ». Le Vampire sera le premier « Jet » à équiper notre aviation militaire en grande quantité. 
Ce chasseur au fuselage bi-poutre était un appareil monoplace construit en grande partie en bois par la firme britannique "De Havilland". Ces appareils donnèrent rapidement toute satisfaction, malgré leur vitesse relativement faible, ils permirent une évolution plus facile et très utile à l’aviation française.
  Mistral-en-vol-31.jpg  
Mistral de la 6ème escadre en vol (photo Serge Paré).
 
De nombreuses variantes furent réalisées et plusieurs furent utilisées par la France. Les livraisons se firent entre 1948 et 1950, puis par la suite la SNCASE construisit ces appareils sous licence sous le nom de SE 535 « Mistral ».
La France reçu pour les Vampire :
- 30 appareils prêtés.
- 90 appareils livrés en état de vol.
- 67 construit en France mais avec des pièces détachées britanniques.
- 120 entièrement fabriqués en France.
Les 251 Mistral furent eux entièrement construits en France. La dernière tranche de construction de ces appareils ne fut terminée que fin 1953.
Ces appareils étaient tous équipés de deux types de moteurs de fabrication britannique à l’origine: les moteurs de Havilland « Goblin » sur les Vampire, puis Rolls-Royce « Nene » sur les Mistral, ce dernier moteur était construit en France sous licence, mais son utilisation sur les Mistral obligea à des modifications sur les entrées d’air, de nombreuses autres modifications ou « francisations » furent apportées à ces appareils.  
Rolls-Royce_Nene-MK1.jpg  

 Détail de fonctionnement du moteur NENE vu sur le site des anciens de l’ENPA de Cap Matifou (Algérie).

http://www.enpa-capmatifou.com/EnpaOld/Accueilcentral1.htm

 

En 1954 au début de la guerre d’Algérie, l’avion était déjà en période de remplacement par ses successeurs et sa mission principale qui lui fut attribué resta l’attaque au sol.

Les principales unités équipées de Mistral en Algérie étaient la 4ème et la 6ème.

La 7ème étant basée à Bizerte Sidi Ahmed (Tunisie), pour sa part la 8ème escadre était basée sur la Base Aérienne 151 de Rabat-Salé (Maroc).

  File5564_WEB.jpg
     Mistral de la 7ème escadre.

C’est la 8ème escadre qui fut la dernière unité à voler sur ces avions et ce, jusqu’à mi 1960 ou début 1961 toujours basée à Rabat, au Maroc.

Les bases algériennes qui en furent équipées étaient Oran-La Sénia, Colomb-Béchar, Boufarik, Alger Maison-Blanche et Télergma.

  Mistral_8-me_escadre_BA151_-imagemodif-.jpg    Quelques Mistral de la 8ème escadre à Rabat Salé. (Maroc)
 
8-me_Escadre_BA151-imagemodif-.jpg
     Les Mistral de la 8 essaient de former le chiffre de leur escadre

lors d'une présentation en vol (Rabat Salé Maroc).

   MISTRAL WEB
     Quatre Mistral de la 6ème escadre en vol au-dessus de la région d'Oran.

 

 

Caractéristiques

 

                                         Vampire Mk 1       Vampire FB 5         Mistral

 

Envergure                              12,19 m                     11,582 m                 11,582 m

Longueur                                  9,37 m                      9,372 m                   9,372 m

Poids total                              3.946 kg                     4.750 kg                  4.926 kg

Poids maximum                     4.753 kg                     5.632 kg                  6.100 kg

Surface alaire                         24,71 m²                     24,25 m²                 24,25 m²

Combustible emporté :

Réservoirs principaux            1.480 l                        1.495 l                       1.495 l

Réservoirs largables                 908 l                           908 l                          908 l

                    Total                  2.388 l                        2.403 l                       2.403 l

Temps de montée 12000 m : 16 mn 40 s                   18 mn 30 s                 11 mn 20 s

Plafond opérationnel             13.000 m                      11.300 m                    13.400 m  

Mach limite:                           de   0,75 à  0,78

Vitesse horizontale maxi :                                        890 km/h                  915 km/h

Autonomie :

        Sans réservoirs suppl.   1.174 km                  1.050 km                    1.390 km

        Avec réservoirs suppl.                                    1.700 km                    1.800 km

Moteur                                  GOBLIN II               GOBLIN II             HS NENE B ou C

Poussée                                 1.360 kg                    1.360 kg                      2.270 kg

 

       

File5035_WEB.jpg  

Deux autres  Mistral de la 7ème escadre.

 

Armement.

 

L'armement fixe des Mistral comprend 4 canons Hispano M 50 (*) de 20 mm (cadence de tir 650/700 coups/minute) logés sous le plancher de l'habitacle et alimentés par bandes de 150 cartouches par arme. Ces cartouches sont contenues dans 4 boîtes à munitions logées dans deux coffres derrière la cabine. Le réarmement s'effectue à la main et au sol uniquement. Le déclenchement du tir est électrique et commandé par un bouton situé sur le manche. La sortie de la roulette de nez coupe automatiquement le circuit de mise à feu. Sur les Vampire et les premiers Mistral, le pilote pouvait utiliser ses armes par paires ou toutes ensembles. Avec la modification du manche, cette possibilité a disparu.

Divers points d'accrochage ont été prévus :

Sous les ailes, à l’intérieur du train, pour :

- Quatre lance-roquettes (sur Mistral : Matra modèle FB Mk VIII type 15), permettant

l’emport par paires de 8 roquettes Air/Sol n° 2 à obus explosif ou charge creuse, ou

bien de 8 roquettes anglaises de 3 pouces de 60 lbs.

Sous les ailes, à l’extérieur du train, pour :

          - Deux réservoirs largables de 454 litres chacun.

- Ou bien deux bombes d'un poids maximum de 450 kg chacune. (Sur Mistral, lance-

bombes EM/EF Mk1). Bombes remplacées parfois par des « Bidons spéciaux ».

 En outre, deux lance-roquettes M.48 peuvent être montés à l'emplacement des réservoirs largables, portant le nombre total de roquettes à 16. Mais il semble que ce dernier montage ne fut que très rarement ou pas du tout utilisé en escadre. Les roquettes peuvent être tirées par salve ou par paires.

(*) Canon HS 404 construit sous licence et modifié par les Britanniques (voir l'article sur les canons).

Photo_1.jpg
 Le  Mistral n°122 7-BY accidenté le 5/6/1958 à Télergma, réparé, il sera réformé en 1961.
  File8974 WEB
File8975 WEB
File8976 WEB Trois photos de l’accident toujours à Télergma du Mistral n°195 le 19/08/1958.
  File8977_WEB.jpg  Mistral n° 95 5-WI du 3/5 emprunté par un pilote du 1/5 pour un tour d’opération en Algérie, accidenté peut-être à Télergma le 13/04/56, l’avion serait ici vu à Sétif Ain-Arnat.  (Photo origine J.-P. Meyer).

   

 

Cet article est inspiré par le très bon ouvrage de Claude Petit et Patrick Vinot-Préfontaine publié aux éditions du Trait d’Union en 1980 mais actuellement introuvable.

D'après les auteursune rédition complétement récrite serait en préparation ( 2016)

 

 

Cet article a été publié dans l'Ancien d'Algérie n° 472 de décembre 2008. 

 

 
 
 
Mistral-au-sol-32.jpg 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Avion
commenter cet article

commentaires

mouri 04/05/2016 20:08

c'est finalement mon souhait depuis un certain temps pour me permettre d'identifier le nom et l'origine de certains types d'avions notamment les t6 et le mistral c'est chose faite gràce à ce site merci.J'ai vu et assisté à la mise en oeuvre de tout le matériel militaire utilisé dans la guerre d 'Algérie de 1956 à 1962. Parmi les faits marquant j'ai assisté de visu l'abattement d'un mistral en 1958 lors d'un vote imposé par la France en chargeant la population dans camions pour les obliger aller à voter pendant que le FLN a donné ordre de boycotter et donc l'armée de l 'ALN est descendue de la montagne de Rouffach/Constantine:le combattant qui l'a descendu a été lui aussi touché par ses tirs et est mort sur le coup et est tjs enterré à ma connaissance au même lieu dit zarar

Avions de la Guerre d'Algérie 05/05/2016 16:57

Bonjour,

Moi aussi en 1958 pour le referendum, j'ai voté contraint et forcé...
C'est une vieille histoire

WEINNERT 28/02/2016 17:54

Un incident à Boufarik: décollage de 4 Mistral. L'un d'eux perd une bombe de 250 KG.
La munition roule jusque dans l'herbe. Le décollage se poursuit. Au sol, tout le monde a le nez dans le gazon.
Date ? Témoins ?

Avions de la Guerre d'Algérie 29/02/2016 09:55

Cela devait arriver parfois, mais je n'ai pas d'info sur cette affaire ...
Jacques Moulin

TRIPOGNEY 05/01/2016 18:29

j'étais présent lors du crash d'un mistral à Colomb Béchar ,mais je n'ai pas noté la date exacte.Ce devait être en début 1962 ou fin 1961.Pouvez-vous me renseigner? J'ai les photos donc ce n'est pas du bluff.Merci d'avance pour votre réponse.

TRIPOGNEY 19/05/2016 11:11

Il s'agit du capitaine Gillet de Thorey , chef du SEAT. Crash à 16h35TU le 16 mars 1962 du Mistral SE 535N°66 F6SDKX du CIEES . Cela répond à votre demande du 5 janvier 2016. Amitiés cordiales . Jean TRIPOGNEY

Avions de la Guerre d'Algérie 05/01/2016 19:54

Je vais voir si je trouve la date. Savez-vous s'il a eu des victimes ?
Cordialement

Jacques Moulin

J.J 19/05/2015 00:06

A Telergma de 1957 a 1962, je cherche des aviateurs qui connaissaient Tomasi, dcd. Sur Vampire, lors d'un exercice, une veille de Noël

Avions de la Guerre d'Algérie 19/05/2015 16:34

Je n'ai pas d'info, vous pourriez poser la question sur Aeroforum.

Jacques Moulin

AMAROUCHE 21/03/2009 18:55

Bonsoir !

Je vous remercie pour votre compréhension si humble mais si valorifique. En conséquence, vous pourrez voir mes articles et mes photos culturellement parlant. Engageons-nous sur le chemin de l'amitié pacifique, par devoir de mémoire et des souvenirs.

Avions de la Guerre d'Algérie 21/03/2009 20:04


Au plaisir.


Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories