Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 16:04

                                             File7596 WEB

 

Les bimoteurs Lockheed

aux couleurs françaises

 

 

     C-60 “Lodestar”

PV-1 “Ventura”

PV-2 “Harpoon”

Et les “Hudson”

 

(C) Jacques Moulin 2011/2012.

 

Entre 1940 et 1960 l’armée de l’Air et la Marine ont utilisé plusieurs types de bimoteurs Lockheed, dérivés du Lockheed 18, lui-même dérivé du Lockheed 14.  

Ces appareils furent présents en AFN à diverses époques mais seuls les "Harpoon" le furent (en faible quantité) pendant la période de la guerre d'Algérie.

 

Lockheed Modèle 18 / C-60 « Lodestar »

 

Le prototype du Lockheed Model 18, effectua son premier vol en 1939. Il avait été construit à partir d'un lot de Lockheed 14 "Electra Super Model" qui avait été retourné au fabricant par Northwest Airlines, après une série d'accidents sur ce modèle. Le fuselage a été rallongé de 1,5 m, permettant le montage de deux rangées de sièges supplémentaires et en espérant ainsi rendre l'avion plus économique à exploiter. Cependant, la plupart des compagnies aériennes des États-Unis s’étaient alors engagées à acheter le Douglas DC-3, et le Lockheed type 18 "Lodestar", nom donné à cette nouvelle version, ne trouva pas beaucoup d’acheteurs aux USA.

Toutefois, l'armée américaine s'intéressa à l'appareil qui fut construit comme avion de transport militaire sous la désignation C-60. Un total de 625 "Lodestar" de toutes les variantes a été construit, en grande partie dans la définition C-60 comme avion de transport militaire.

 

Lodestar-File8102 WEB

Un Lockheed C-60A "Lodestar" militaire, le F-AFAA S/n 18-2607/43-16444,   livré à la France le 15/12/43, affecté aux lignes militaires,  deviendra le 24/9/45 F-BALZ, et utilisé par la SATT, puis revendu aux USA.

 

Lockheed F-BALZ Aero-africaine 

Le même que ci-dessus après son passage à la vie civile... (Via Yves Laurençot).

 

La France avait commandé plusieurs Lockheed 18 avant-guerre, et certains furent livrés en AFN (probablement six) entre avril et septembre 1940. 

Lodestar F-ARTF WEB

Lockheed 18-07 n° 2005 F-ARTF "Commandant Dagneaux"  fait partie des 6 appareils livrés à la France,   celui-ci le fut le 16/04/1940 pour "Air-Afrique" directement en AFN, il fut utilisé pour les lignes militaires en Afrique.  

 

lodestar FAFL France -Ricco-   .Un Lodestar non identifié aux couleurs des FAFL (Origine Ricco et Laurençot).  

Par la suite, l'AFN libérée, la France Libre toucha quelques C-60A dès 1943, d’abord affectés aux lignes militaires, puis après 1945 ils furent rapidement rendus à la vie civile et leur carrière en France se poursuivit à la SATT, société plus connue sous le nom d'Aéro-Africaine. Par la suite les appareils survivants furent vendus et certains retournèrent aux USA comme avions de transport civil.

Lodestar Aero-Africaine WEB

          Un Lodestar civil de la compagnie Aéro-Africaine. Au dos de cette CP on peut lire :   "Un Lockheed "Lodestar" de l'Aéro-Africaine assurant des circuits touristiques aériens  

en Corse, Italie et Afrique du Nord. Aero-Africaine, 13, place Masséna à Nice."

     LodestarFile9099 WEB 

Un Lockheed C 60 "Lodestar" militaire non identifié.  Remarquez "Paris" sur le nez, mot surmonté d'un insigne inconnu    et le code BAF (abréviation de FC-BAF) en blanc sur l'arrière du fuselage.(Archives R. Giraud).

 

Lockheed-Lodestar WEB

 

Profil du "Lodestar" repris d'un livre anglais paru pendant la guerre.

      

N.B.: Un article récapitulatif complet sur les "Lodestar" français a été publié par Vital Ferry dans le "Trait d'Union" n° 45 de janvier 1976.

Un nouvel article avec les divers "Lodestar " français a été publié par Jacques Chillon dans le « Trait d'Union » n° 259 de septembre /octobre 2011.

 

Les Lockheed PV-1 « Ventura »

 

PV-1 Ventura-11-S Photo Mennetret WEB

Lockheed PV-1 "Ventura" de l'escadrille 11-S.   (Photo prise probablement en 1948 à Agadir,    

la 11-S était alors basée aux Mureaux) (Photo Menetret).

Fin 1940, la Royal Air Force avait fait savoir au constructeur américain Lockheed qu'elle souhaitait acquérir une version de patrouille maritime dérivée de l'avion de ligne léger L-18 "Lodestar", cette version fut donc développée à la demande du Royaume-Uni, pour le remplacement des "Hudson" (dérivés eux, du Lockheed 14), comme patrouilleur maritime, les premiers appareils furent livrés dès 1941.

Mais la guerre évoluant, l'US Navy commanda les "Ventura" dénommés PV-1 qui furent construits en grande série pour être déployés aussi bien sur la côte Est des Etats-Unis que dans le Pacifique, mais également dans le golfe du Mexique et même en Méditerranée.

En France plusieurs PV-1 furent achetés dès 1944, l'Aéronautique Navale les utilisa à partir de 1945 pour des missions de Patmar (Patrouille Maritime) et de surveillance des zones de pêche, notamment à la flottille 6FE puis 6-F, où ils volèrent à partir de la base d'Agadir au Maroc. Ils furent remplacés par les Bloch 175T à partir de 1947, certains furent utilisés aussi par l’escadrille 11-S basée aux Mureaux, en région parisienne, dans une version modifiée pour le transport de personnalités. Cette unité les utilisa principalement comme avions de liaison jusqu’en janvier 1953.

Ventura PV-1 6-F WEB

Lockheed PV-1 "Ventura" de la flottille 6-F probablement à Agadir, avant 1947.

 

lockheed ventura 3v

Ventura-Meknès Photo Biancoti WEB

Le "Ventura" 6.F-2 de passage à Meknès en 1946.  

Au second plan un "Catalina"    (Photo Mario Biancotti). 

 

Ventura 2 Photo Biancotti WEB          Détail de l'avant du même appareil (Photo Mario Biancotti).

 

Les Lockheed PV-2 « Harpoon ».

 

Le Lockheed PV-2 "Harpoon" était une version modernisée du Lockheed "Ventura" qui équipait la Marine dès 1944. Le PV-2 "Harpoon" correspond donc à un remaniement majeur du PV-1 "Ventura", la principale modification était la surface des ailes qui fut augmentée (elle passe de 51,2 m² à 63,7 m²) donnant une capacité de transport accrue. La motivation de cette modification était la faiblesse du PV-1, principalement lors du décollage à pleine charge. Sur le PV- 2, l'armement avait aussi été modifié.

Alors que ces modifications auraient dû augmenter le rayon d’action et réduire la distance de décollage, les essais de vitesse obtenus montraient qu’elle était inférieure à celle des PV-1, la cause en était l’augmentation de poids sans changement de moteur.

Les premiers tests ont également indiqué un manque de rigidité de la voilure, cela fut résolu par une refonte complète de l'aile. Ces modifications retardèrent la mise en service des PV-2.

Après la guerre les "Harpoon" furent rapidement retirés du service par les Américains, certains furent livrés à d’autres forces armées.

La France, par courrier secret 2160 S.C.Aéro/M du 3 novembre 1950 émanant du chef d'état-major de la Marine, demande officiellement au MAAG américain la cession de six Lockheed PV-2 "Harpoon" pour remplacer les PV-1 "Ventura" de la section de liaison de l'état-major en service depuis 1944. En attendant l'arrivée de ce remplaçant issu de la même famille, les vieux PV-1 semblent survivre, sur le papier du moins, jusqu'à l'inventaire de janvier 1953.

Les 6 PV-2 "Harpoon" commandés furent livrés à l'Aéronautique Navale française en 1953, ces appareils n’ont jamais été utilisés en unités opérationnelles et certainement pas à la 6.F comme il est dit parfois.

Dès leur arrivée en France, ils furent désarmés et aménagés pour le transport de passagers. Ils ont servi dans la Marine de 1953 à 1960.

Lockheed PV-2 Harpoon WEB

Lockheed PV-2 "Harpoon" de l'escadrille 11-S.

 

Seules deux unités de la Marine utiliseront ce type d’appareil seulement pour les liaisons à grande distance, ce seront :

Escadrille 11.S (1953-1960)

Les quatre premiers PV-2 "Harpoon" arrivent en 1953 en remplacement des PV-1 et opèrent aux côtés des NC.702, MD.312 "Flamant" et N.1001 au sein de l'escadrille 11.S alors basée aux Mureaux.

Les "Harpoon" sont sur le point d'être condamnés à l'échéance des visites de 240 heures. Pour les remplacer, la 11.S est chargée d'expérimenter des MS 760 "Paris" aux missions de liaison. Ces excellents avions de liaison rapide transportent au maximum trois passagers sans bagages mais ne permettent plus de rallier directement les bases d'Afrique du Nord.

L'année 1960 est donc marquée par le retrait progressif des PV-2 "Harpoon" qui s'achève en novembre de cette année.

 

  PV2-2

Le Lockheed PV-2 "Harpoon" 11.S-1 n° 37503 de l’escadrille 11.S,  

l’insigne est bien visible sur le nez. (Source : ARDHAN via Lucien Morareau).

 

 File9158.jpg

PV-2 "Harpoon" 11.S.4 n° 37139 vu à Dugny le 24/10/1958 (Collection Fluet)

 

SLEM (1953-1957).

 

Deux "Harpoon" (s/n 37382, et 37311) opèrent de 1954 à 1957 au sein de la Section Liaison d'Etat-Major Marine (SLEM) créée à Alger-Maison-Blanche le 1er décembre 1953. Elle assure des liaisons d'autorités vers Malte, Oran, Hyères, Paris, Bizerte, Bône et Télergma. Un troisième PV-2 (s/n 37139) est livré le 1er avril 1955. La section conserve trois puis deux PV-2 qui cessent leur activité en novembre 1957 et sont alors reversés à la B.A.N. des Mureaux où ils voleront jusqu’en 1960. Ils sont remplacés par un SNB-5 et un SO.30P "Bretagne"..

 

PV2-1

      Un des trois PV-2 "Harpoon" de la section de liaison d’Alger qui assure le transport des autorités jusqu’en 1958, il est codé en 54/56, il s’agit du PV-2 n° 37382. (Source : ARDHAN via Lucien Morareau)

 

 

 

  PV-2 Harpoon 3 view drawing

                 

 

  Plan trois vues du Lockheed PV-2 "Harpoon" en version patrouille maritime.

***************************** 

Un livre existe en Anglais sur les  Ventura et Harpoon de la Seconde Guerre mondiale

 

PV-Ventura

 

(Osprey Combat Aircraft Series #34) (Osprey Série Avions de combat n° 34) By Alan C. Carey and Tom Tullis Par Alan C. Carey et Tom Tullis Paperback, broché, 96 pages. Published July 2002 by Osprey Publishing. Publié juillet 2002 par Osprey Publishing. (Il est possible de le trouver sur Amazon).

 

 

 

Les Lockheed « Hudson » français.

Généralités

 

Hudson-Tiff--2-.jpg

Profil du Hudson  français  (dessin Jacques Moulin 2012).

 

Le Lockheed Hudson était un développement pour la Grande Bretagne d’un appareil civil le Lockheed 14 « Super Electra » qui datait de 1937. Le Hudson répondait à une demande de la RAF pour un bombardier patrouilleur moderne, capable de réaliser des missions de reconnaissance côtière et destiné au remplacement des Anson qui n’avaient pas donné satisfaction dans le rôle de patrouille maritime.

Rapidement développé, le prototype vola le 10 décembre 1938 et les livraison du Hudson I a la Grande Bretagne commencèrent en février 1939.

L’appareil fut aussi par la suite utilisé par l’USAAF comme Lockheed 28 et 29 suivant le type de moteur qui les équipait, certain furent utilisés par l’US Navy comme PBO-1.

Ces appareils volèrent jusqu’à la fin de la guerre bien qu’ils aient été remplacé par une version plus grand le Lockheed Ventura, qui était développé à partir du Lockheed 18 la version ultérieur du 14.

Utilisation par la France.

4 avions et 6 mois de présence.

 

En 1942 les côtes africaines de l’ouest était très fréquentés, aussi bien par les convois de troupes ou de ravitaillement que par les sous-marins allemands.

Les petites colonies britanniques sur ces côtes servent de bases aux appareils de patrouille maritime de surveillance et de protection. Mais dès le débarquement des alliés en AFN et le ralliement des colonies françaises d’Afrique notamment Dakar, les britanniques demandent de l’aide pour ces patrouilles. La marine accepte mais l’aviation française dans cette région étaient très fatiguées mais encore importantes, quelques hydravion, et aussi un certain nombre de Glenn-Martin 167 et Latécoère 298 survivant de trois années d’armistice. Mais ces appareils manquent de pièces de rechange et d’équipement de patrouille maritime.

La Marine demande aux britanniques de leurs fournir du matériel, pour armer les escadrilles basées à Dakar.

Dans l’urgence les anglais nous prêtent quatre Lockheed Hudson et un Sunderland III. Mais ces appareils ne sont pas neufs, il faut faire avec. Les quatre appareils sont pris en compte par la Marine le 3 février 1943 à Bathurst en Gambie.

Les quatre « Hudson » Mk III A (1) qui équiperont l’escadrille 1 BR sont les :

N° FH336 immatriculé 1BR-III (qui sera accidenté le 4 août 1943 près d’Ouakam faisant 5 morts).

N° FH353 immatriculé 1BR-I

N° FH376 immatriculé 1BR-IV

N° FH400 immatriculé 1BR-II.

L’escadrille fut dissoute en août 1943 lorsque les Wellington III arrivent à Dakar. Et les trois Hudson restant alors sont rendu au britanniques. La nouvelle unité utilisant les Wellington et baptisé provisoirement 8B.

26033 (2)

Hudson français à Dakar-Ouakam (Source ARDHAN via Lucien Morareau)

 

Les appareils étaient marqué des numéros en chiffres romains et de l’insigne de l’escadrille un chevalier casqué sur un nuage.

Pendant leur courte carrière les Hudson français effectuèrent principalement une surveillance des cote et els protection de convois, mais il est rare que ces avions volent ensemble, car les appareils qui ont été prêté sont déjà bien fatigués aussi bien par le travail maritime que par leur présence africaine en Gambie  (enclave britannique au Sénégal)

Mais il ne se passe pas de jours sans qu’un appareil ne vol le long des côtes du Sénégal et de la Mauritanie, et même parfois plus loin. Les convois très nombreux qui suivent les côtes au plus près seraient des proies faciles pour les sous-marins allemands si une protection aérienne n’était pas effectuée.

La présence de ces avions empêchent les U-Boot de naviguer en surface, ce qui les handicaps beaucoup pour leur autonomie. Surtout les Hudson qui sont équipé de radar, mais qui ne semble pas avoir eu beaucoup d’influence sur leur travail, il semble probable que els équipage n’ont pas eu le temps de se former à la recherche maritime avec ces radars encore très rudimentaires.

Ces patrouilles sont effectuées en plus des Hudson par des Glenn Martin 167 restant de l’armée de Vichy, et quelques Laté 298 survivants pourtant peu adapté à la patrouille au long court.

Le remplacement par les Wellington avec des équipages formés en Grande Bretagne pour l’utilisation des radars permettra une bien meilleurs utilisations des appareils lors des missions de patrouille.

 

26714--2-.jpg

Hudson N° FH336 immatriculé 1BR-III (qui sera accidenté le 4 août 1943 près d’Ouakam faisant 5 morts). (Source ARDAN via Lucien Morareau).

Malheureusement cela se termina mal pour les Hudson de la Marine par l’accident du 1BR-III le 4 août 1943 près d’Ouakam tuant tous l’équipage et faisant 5 morts.

 

(1)  Ces appareils étaient tous de la même tranche d’avion livré à la RAF du type 414 ces appareils étaient des Hudson IIIA (A-29A).

 

Caractéristique des Lockheed Hudson III

 

Caractéristiques techniques

 

Constructeur :                       Lockheed

Premier vol :                         10 décembre 1938

Mise en service :                  1939

Équipage :                           variable entre 3 et 5

Motorisation :                     2x Wright Cyclone en étoile refroidissement par air type               GR-1820-G205A de 1200 ch.

 

Dimensions

Envergure :                       19,96 m

Longueur :                        13,51 m

Hauteur :                            3,62 m

 

Masses

 

À vide :                            5500 kg

Maximale :                      9000 kg

 

Performances

 

Vitesse maximale :      410 km/h

Rayon d’action :           3 500 km

Armement

 

Interne :          2 mitrailleuses de calibre .303 (7,7 mm) fixées à l'avant. Les appareils utilisés par la France n’avaient pas de tourelle dorsale.

Externe :         350 à 500 kg de bombes

 

21835--2-.jpg

Hudson en vol (Source ARDHAN via Lucien Morareau)

 

Bibliographie sur les Hudson français :

 

Voir Trait d’Union n° 135 janvier février 1991 « L’aéronautique Navale Dakar en 1943 » par J.P. Dubois et Lucien Morareau

Voir « La flottille 2F en Afrique » par Philippe Bonnet (éditions ARDHAN décembre 2003)

 

 

Comparaison des caractéristiques

 

                                    Lodestar              Ventura                Harpoon                          Hudson

 

Fonction :                  Transport            Patrouille                Patrouille                          Patrouille

Moteurs:               Wright R-1820-87   P&W GR-2800-S1A4-G     P&W R-2800-31      Wright GR-1820-G205A

Puiss. unit. :              1.200 ch            2.000 ch                   2.000 ch                          1.200 ch

Envergure :               19,96 m            19,96 m                   22,86 m                          19,96 m

Longueur :                 15,19 m            15,67 m                   15,84 m                          13,51 m

Hauteur :                     3,62 m               3,62 m                      3,96 m                             3,62 m

Masse à vide :                                    9.160 kg                   9.538 kg

Masse totale :        8.400 kg               15.000 kg                  6.330 kg                           9.000 kg

Vitesse max :          430 km/h             450 km/h                   425 km/h                         410 km/h

Plafond pratique :   8.200 m               7.700 m                   7.300 m                            7.500 m

Rayon d’action :   2.700 km               2.000 km                 4.714 km                           3.500 km

Equipage :                                                4                              5                            

 

 

© Jacques Moulin 2011/2012.

 

N.B. Ces appareils furent construits en diverses variantes, parfois difficiles à identifier avec précision.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Avions de la Guerre d'Algérie - dans Avion
commenter cet article

commentaires

Brand 25/04/2011 21:46


Bonsoir Monsieur Moulin.

Juste un petit doute sur le profil du "Harpoon" les dérives dela version "Aéro" étaient différentes de celles de nos "Ventura" avec une surface plus grande et une ligne moins harmonieuse que celle
bien connue de ses prédecesseurs.


Avions de la Guerre d'Algérie 04/05/2011 11:33



Je ne sais pas, les profil me sont fournis gratuitement...


Mais il me semble bien en regardant les photos que le plan trois vues ne soit pas très exact...


J'en recherche un autre...


Je l'ai remplacé...


 



Présentation

  • : Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • Le blog de Avions de la Guerre d'Algérie
  • : Participation à l'histoire aérienne de la Guerre d'Algérie, sans polémiques inutiles.
  • Contact

Profil

  • Avions de la Guerre d'Algérie
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).
  • Déjà ancien dans l'histoire de l'Aviation, j'ai écrit de nombreux article dans diverses revues depuis 1968 et publié trois livres, un sur les autogires, un sur le Loire 45/46 et un sur le Bloch 174 ces deux derniers livres sont épuisés).

Recherche

Catégories